Adolescente retrouvée morte à Creil : le suspect âgé de 17 ans mis en examen et écroué

Le procureur de la République de Senlis, Jean-Baptiste Bladier en conférence de presse jeudi 31 octobre 2019. / © Gontran Giraudeau / FTV
Le procureur de la République de Senlis, Jean-Baptiste Bladier en conférence de presse jeudi 31 octobre 2019. / © Gontran Giraudeau / FTV

Dans le cadre de l'enquête sur la mort d'une adolescente de 15 ans à Creil la semaine dernière, un jeune homme de 17 ans a été mis en examen et écroué pour assassinat.

Par E.E avec G.G

Mercredi un jeune homme de 17 ans a été interpellé puis placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la mort d'une adolescente de 15 ans vendredi soir à Creil.

Celui-ci, identifié comme le petit ami de la victime, a été présenté à un juge d'instruction puis mis en examen et écroué jeudi soir pour meurtre avec préméditation et destruction du bien d'autrui par moyen dangereux.

Présenté à un juge des libertés et de la détention, il a été incarcéré au centre pénitentiaire de Liancourt jusqu'au débat contradictoire, dont il a demandé le report et qui aura lieu le 5 novembre.
 

Poignardée à deux reprises

Dimanche, le corps calciné de l'adolescente a été découvert dans les décombres d'un cabanon, situé au sein de jardins familiaux face à des habitations, dans le quartier du Rouher. Mardi, des tests ADN ont permis l'identification d'une jeune fille de 15 ans portée disparue depuis vendredi. 
 


"Il est possible d'établir que le décès est survenu avant l'incendie et qu'il était vraisemblablement consécutif à deux plaies provoquées par des coups de couteau, constatés l'une au niveau du nombril, l'autre au niveau du foie de la victime", a précisé le procureur de la République de Senlis Jean-Baptiste Bladier.


Tuée parce qu'elle était enceinte ?


La mère de l'adolescente dit avoir retrouvé un test de grossesse positif dans la chambre de sa fille. Selon un ami témoin, son petit ami était au courant de cette grossesse et ne l'aurait pas supporté. 

L'autopsie pratiquée lundi matin n'avait pas permis de confirmer ou d'infirmer si la jeune fille était enceinte. La grossesse ne sera confirmée à 100% qu'avec des examens anatomopathologiques.

Le jeune homme, connu de la justice pour des faits mineurs (violences en 2017 et conduite sans permis en 2019), nie l'ensemble des faits qui lui sont reprochés. "Il a reconnu avoir côtoyé la jeune fille en août, avoir parlé deux jours avec elle et couché une fois avec elle sans protection", détaille le procureur.

Ses chaussures ont été retrouvées tachées de sang. Celles-ci n'ont pas encore été expertisées, tout comme un couteau retrouvé par les enquêteurs. Ils ont aussi relevé des "traces de brûlure récentes" sur une cheville du jeune homme, des "données de téléphonie" suspectes ou encore les "dernières recherches" effectuées sur internet par le suspect, comprenant les mots-clés "meurtre" et "assises."
 

Sur le même sujet

Les + Lus