Le canal Seine Nord et le barreau Creil/Roissy confirmés par la Loi d'Orientation des mobilités

Lundi, la ministre des transports Elisabeth Borne a présenté les grands axes de la Loi d'Orientation des Mobilités. Avec ce projet de loi, le gouvernement espère mettre en place des alternatives à la voiture. La réalisation du barreau Creil/Roissy et du canal Seine Nord y est confirmée.
Lé réalisation du barreau Creil/Roissy est confirmée par la loi d'Orientation des mobilités présentée en conseil des ministres lundi 26 novembre.
Lé réalisation du barreau Creil/Roissy est confirmée par la loi d'Orientation des mobilités présentée en conseil des ministres lundi 26 novembre. © France 3 Picardie

C'est dans une annexe au projet de Loi d'Orientation des Mobilités que sont détaillés les chantiers ferroviaires, routiers et fluviaux visant à améliorer les transports du quotidien comme alternative à la voiture. Parmi eux, le barreau Creil/Roissy et le canal Seine Nord.

Creil/Roissy 

Selon le texte de loi, le barreau Creil/Roissy "répond aux besoins croissants de déplacements quotidiens vers le bassin d’emploi de Roissy, pour lesquels aucune alternative à la voiture individuelle n’existe. Les études sur ce nouveau barreau "Roissy-Picardie", destiné aux usagers du quotidien, vont se poursuivre dans l'objectif de présenter le projet à l'enquête publique d'ici 2020 puis d’engager des premiers travaux dans la période 2018 – 2022."

La programmation chiffrée de tous ces investissements est inscrite dans la loi d'orientation des mobilités (LOM).
 

Cette ligne ferroviaire ouvrira au sud de la région Hauts-de-France un nouvel accès à l’Ile-de-France. Les usagers pourront rejoindre sans correspondance la gare de Paris Aéroport Roissy-Charles de Gaulle depuis Chantilly, Creil, Pont-Sainte-Maxence, Clermont, Compiègne et Amiens. Elle pourrait entrer en service entre 2027 et 2032. Le barreau Creil-Roissy, ce sont 6 à 7 km qui pourraient permettre de relier la Picardie au réseau à grande vitesse à partir de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. La ligne Paris-Amiens gagnerait ainsi 30 minutes de trajet et sept TGV quotidiens relieraient les deux villes dans les deux sens.
 
Une portion de 6 à 7 kilomètres devrait permettre de relier Paris à Amiens en TGV d'ici 2025.
Une portion de 6 à 7 kilomètres devrait permettre de relier Paris à Amiens en TGV d'ici 2025. © FTV

Canal Seine Nord

La LOM confirme que la réalisation du canal Seine Nord sera confiée à un établissement public régional : elle "habilite le Gouvernement à légiférer par ordonnance afin de transformer la société du canal Seine-Nord Europe en établissement public local. Il s’agit notamment de modifier la gouvernance, de transférer le pilotage financier et opérationnel ainsi que la maîtrise des risques du projet aux collectivités territoriales."
 

Le canal Seine-Nord Europe est destiné à relier l'agglomération parisienne au réseau fluvial du Benelux. Le début des travaux est envisagé dans ce mandat, et la mise en service avant la fin du suivant. 
 

Ce  projet d'envergure doit être complété par la mise à grand gabarit de la Lys à la frontière franco-belge et de la mise de l'Oise à grand gabarit entre Creil et Compiègne, dans l'Oise.
 ​​​​​​​
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
canal seine nord économie transports politique