Des écoliers plus concentrés et moins fatigués : les petits déjeuners gratuits reconduits à Pont-Sainte-Maxence

En France, 1 enfant sur 3 saute le petit déjeuner au moins une fois par semaine. / © AltoPress / Maxppp
En France, 1 enfant sur 3 saute le petit déjeuner au moins une fois par semaine. / © AltoPress / Maxppp

Depuis la rentrée, l’école Jean Rostand de Pont-Sainte-Maxence, dans l’Oise, propose des petits déjeuners gratuits aux élèves. Le projet, mené par la municipalité et les équipes pédagogiques, a connu un tel succès qu’il a été reconduit pendant toute l’année scolaire. 

 

Par MCP

L’expérience ne devait durer que trois mois. En octobre dernier, la mairie de Pont-Sainte-Maxence avait décidé de proposer des petits déjeuners gratuits deux fois par semaine aux élèves de l’école élémentaire Jean Rostand.

Mais après cette première phase de test et un bilan extrêmement positif, l’expérience a finalement été reconduite deux fois et devrait donc s’étendre jusqu’à la fin du mois de juin. « On remarque que depuis la mise en place de ces petits déjeuners, les élèves sont moins fatigués et plus concentrés en classe, résume Jean-Louis Dudek, directeur de l’école élémentaire Jean Rostand. Ils sont également plus autonomes car d’habitude ce sont les parents qui préparent le petit déjeuner ».

 

Deux fois par semaine, les jeunes élèves peuvent profiter d’un petit déjeuner gratuit dans les locaux de l’école. Au menu : jus de fruit, lait et tartines beurrées. « On remarque également une meilleure communication entre les élèves, ajoute le directeur. Avec ce moment de convivialité, les écoliers tissent des liens et coopèrent entre eux. On voit souvent des grands aider les plus jeunes à beurrer leurs morceaux de pain ».

Alertée par les enseignants en juin dernier, la municipalité a décidé de financer cette initiative pour sensibiliser les élèves et leurs parents à la nutrition. Selon les équipes pédagogiques, beaucoup d’enfants arrivaient en classe le ventre vide ou en ayant avalé des chips et des boissons énergisantes.
 

Deux autres écoles intéressées 


L’expérience avait aussi été conduite à l’école maternelle Jacques Prévert, mais elle s’est arrêtée au bout des trois mois de test. « En accord avec la directrice de l’école, nous avons décidé de ne pas maintenir cette initiative car les tout-petits n’en ont pas besoin, explique Arnaud Dumontier, maire (LR) de Pont-Sainte-Maxence. En général, les parents leur donne un biberon avant l’arrivée à l’école donc ils n’ont pas faim ».

En revanche, deux autres écoles auraient d’ores et déjà sollicité la mairie pour participer au projet "petits déjeuners". Selon la municipalité, l’école maternelle Marie Curie devrait proposer des petits déjeuners à ses 101 élèves chaque vendredi à partir du 26 avril. Quant à l’école Jules Ferry, deux petits déjeuners sont prévus les 23 et 27 mai. « Un budget de 3000 euros par trimestre a été débloqué par la commune pour financer cette initiative, ajoute Arnaud Dumontier. Mais la direction académique de l’Oise m’a annoncé que l’Etat participerait désormais à cette initiative grâce à des subventions ».

 

Effectivement, après la commune de Pont-Sainte-Maxence, c’est au tour de l’Etat de s’attaquer au problème d’alimentation chez les jeunes enfants. Dimanche 7 avril, Christelle Dubos, la secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Santé a annoncé le lancement de la cantine à 1 euro à partir du 12 avril ainsi que la mise en place de petits déjeuners gratuits dans huit académies test. Amiens fait justement partie des académies pilotes du projet, avant une généralisation à tout le territoire prévue pour la rentrée 2019.

Cette initiative s’inscrit notamment dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté menée par le gouvernement.

 

Sur le même sujet

Les + Lus