La Fondation Brigitte Bardot dénonce à nouveau le sort de Femke, un dauphin du Parc Astérix

© Guillaume Pot
© Guillaume Pot

Une vidéo a été mise en ligne le lundi 3 juillet par un militant de la cause animale. On y voit une femelle dauphin du Parc Astérix dans un état de prostration. Il s'agit de Femke : elle est arrivée dans le parc en 2008 après-avoir passé 25 ans de captivité en Hollande. 

Par Halima Najibi


En 2017, la presse avait alerté sur le sort d'un dauphin femelle du Parc Astérix. Femke avait été capturée au large de la Floride. Après avoir passé 24 ans dans un delphinarium en Hollande, elle avait rejoint le Parc Astérix en 2008.

Syndrome de Cushing


A l'époque selon les associations de défense de la cause animale, elle était en souffrance, après le départ de son delphineau envoyé dans un autre delphinarium européen.

Contacté par nos confrères de la presse écrite, la directrice du Parc Astérix avait alors indiqué que Femke souffrait du syndrome de Cushing Ce qui explique son état d'abattement. Elle avait également précisé que l'animal suivait un traitement et avait récusé le fait que le mammifère souffrait de dépression.   


Une nouvelle vidéo


Âgée aujourd'hui, de 38 ans, Femke vit toujours dans les bassins du Parc Astérix. Une vidéo tournée par un militant de la cause animale la montre toujours dans un état de torpeur au bord d'un bassin.  

 La Fondation Brigitte Bardot maintient que la maladie de Femke est intervenue selon elle peu après que son petit lui a été retiré pour être expédié en Grèce et d'ajouter, « le parc refuse de faire le lien entre cette séparation forcée et la dégradation de Femke, c’est une façon de nier la sensibilité de cet animal qui a déjà vécu le traumatisme de la capture et la séparation d’avec son groupe. En 30 ans, une quinzaine de dauphins sont morts dans les bassins du parc, les otaries ne sont pas mieux loties, il faut en finir avec cette activité du passé qui n’a, en plus, rien à voir avec l’univers d’Astérix, Brigitte Bardot s’en était d’ailleurs entretenue avec Albert Uderzo il y a une vingtaine d’années. Nous avons rencontré, à deux reprises cette année, Nicolas Hulot sur ce sujet spécifique. Il est impératif que la France prenne un nouvel arrêté interdisant à terme l’exploitation des cétacés, cela passe par l’arrêt de la reproduction des dauphins et des orques et le transfert d’individus vers des sanctuaires marins, la plupart des cétacés ne pouvant hélas être relâchés après avoir subi une trop longue captivité contre nature. Le parc Astérix n’est pas un centre de sauvegarde des dauphins, c’est juste un cirque aquatique qui condamne ces animaux à la prison à perpétuité, et même à la mort, mais pour quel crime ? La question reste sans réponse… », déclare Christophe Marie le porte-parole de la fondation et directeur du pôle protection animal.   
 

Créer des refuges adaptés pour les cétacès


 
La Fondation est consciente que remettre dans la nature des animaux qui ont passé une grande partie de leur vie en captivité n'est pas forcément la bonne solution, mais elle donne l'exemple des ours recueillis dans des refuges adaptés où ils retrouvent leur comportement nature. Un modèle qui pourrait être adapté aux cétacés.    

Contactée plusieurs fois par notre rédaction, la direction du Parc  Astérix n'a pour le moment pas répondu à nos sollicitations.
 

Sur le même sujet

Les + Lus