Israël-Gaza : de nombreuses réactions politiques après les propos du maire d'une commune de l'Oise

Lundi 9 octobre, Jean-Pierre Bosino, maire communiste de Montataire (Oise), s’est exprimé sur le conflit israélo-palestinien. Depuis, ces propos font réagir plusieurs élus politiques en Picardie.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Tout est parti d’un communiqué publié sur Facebook, lundi 9 octobre, et intitulé "Stop à la violence et à la guerre, paix et justice au Proche-Orient".

De nombreux élus reprochent à Jean-Pierre Bosino, maire (PCF) de Montataire, de ne pas y utiliser les mots "islamiste" ou "terroriste" et de faire un parallèle entre le Hamas et les résistants de la Seconde Guerre mondiale.

"De tous temps, les hommes et les femmes qui agissent pour leur liberté, leur indépendance, contre l’occupation et la colonisation, ont été considéré.e.s comme des terroristes et c’était d’ailleurs le cas en France pour les résistant.e.s entre 1940 et 1945 qui se battaient contre les nazis", a écrit l'ancien sénateur de l'Oise.

Contacté ce jeudi 12 octobre par France 3 Picardie, l’édile de cette commune de 13 000 habitants qui est jumelée avec le camp de réfugiés palestiniens de Dheisheh, n’a pas souhaité s’exprimer.

Il a toutefois précisé par message sa position : "Oui, l’action du Hamas qui s’en prend à des civils et qui prend des otages c’est du terrorisme mais oui aussi les gouvernants d’extrême-droite racistes d’Israël qui bombardent les populations civiles sont aussi des terroristes."

De multiples réactions politiques

Trois jours après ce message partagé sur les réseaux sociaux, les élus picards sont nombreux à réagir.

Olivier Paccaud, sénateur (divers-droite) de l’Oise, dénonce ces propos : "Mettre sur le même pied un groupuscule terroriste comme le Hamas et l’État d’Israël est inconcevable. Vouloir qualifier de résistants, les terroristes du Hamas, est inconcevable. Faire le parallèle avec les résistants français de 1940 est une insulte à la mémoire de ces résistants."

Alexandre Sabatou, député (Rassemblement national) de la troisième circonscription de l’Oise, déplore quant à lui que "dans ses déclarations, à aucun moment Monsieur Bosino n'a de mots de compassion pour les milliers de victimes qui ont été faites lors de ces attentats [...] Il parle d'offensive palestinienne alors que non, cette attaque terroriste de grande ampleur a été faite par le Hamas, un groupe qui revendique clairement qu'il souhaite exterminer les juifs."

Au niveau local, Jean-Claude Villemain, maire (PS) de Creil, estime que "On ne peut pas, comme l’a dit Monsieur Ruffin, se cacher derrière l’histoire de la Palestine, l’histoire malheureuse par moment de la Palestine, pour essayer d’expliquer ce qu’il s’est passé dans le sud d’Israël". 

Depuis le début de la semaine, tout propos médiatique est scruté. Dans le Nord, à Marly, un élu a perturbé l'hommage aux "victimes des attentats terroristes en Israël" en préambule du conseil municipal. Le maire a porté plainte.

Avec Victoire Panouillet / FTV