Margot Moura, apprentie en cuisine et pâtisserie à Senlis, a remporté le Championnat de France de dessert junior

À 18 ans, Margot Moura vient de remporter le Championnat de France de dessert en catégorie junior. Pour cette native de Seine-et-Marne installée dans la région depuis 7 ans, c'est une "fierté". Elle peut aussi compter sur le soutien sans faille de son formateur, Laurent Cresta, le patron du Bistrot de Senlis.

"Pour l'instant, je ne m'en rends pas compte". Margot Moura, apprentie au Bistrot de Senlis et rattachée à l'INFA de Gouvieux, a remporté il y a quelques semaines le Championnat de France de dessert en junior. 

Laurent Cresta, le patron du bistrot, n'est pas surpris de cette victoire et ne manque d'ailleurs pas d'éloges à son égard. Il la décrit comme travailleuse, passionnée ou encore fidèle. "Je connais Margot depuis trois ans, elle travaille avec moi en tant qu'apprentie depuis qu'elle a 15 ans et demi. Je ne suis pas surpris parce que c'est une gagnante, une bête de concours comme on dit dans le jargon", explique-t-il. 

Pour lui, Margot Moura "y est allée pour gagner, sans vantardise, car elle a un mental pour aller gagner, pas pour faire deuxième ou troisième", constate-t-il. Et même si son apprentie avait atteint la deuxième ou la troisième place, "ça aurait quand même été une fierté". 

Une apprentie à part

C'est une consécration pour cette jeune adolescente qui a longtemps été attirée par la pâtisserie. "J'ai toujours été plus attirée par la pâtisserie que par la cuisine, mais c'est pendant le confinement que j'ai découvert cette passion", explique-t-elle. 

Elle a alors décidé de "faire un CAP cuisine parce que c'est toujours bien" et, pour finir ses études, "de faire une mention complémentaire" en pâtisserie, domaine dans lequel elle souhaite poursuivre dans les prochaines années. 

Margot Moura reste un cas exceptionnel dans la carrière de Laurent Cresta qui admet avoir eu de bons apprentis qui ont "fait de belles carrières, qui sont maintenant dans de belles maisons, mais ils n'ont jamais fait de concours". 

Elle a fait tous les postes en cuisine avec moi, elle a commencé aux entrées, après je l'ai formée sur le dessert parce que je suis pâtissier de métier à la base avant d'être cuisinier. Je l'ai formée sur la pâtisserie, ensuite elle est passée au chaud.

Laurent Cresta, patron du Bistrot de Senlis

Au fil du temps, Laurent Cresta constate qu'elle faisait "de belles petites choses, de belles réalisations". Il lui a alors suggéré l'idée de s'inscrire un jour à un concours. "En partenariat avec l'école, je sais qu'on peut faire des concours, elle a un peu de temps à l'école pour préparer, parce que c'est du temps de faire des concours et il faut leur en laisser", poursuit-il. 

"Ça me donne un peu plus confiance en moi"

Cette victoire rend Margot Moura fière d'elle et la motive davantage. Mais surtout, "ça me donne un peu plus confiance en moi parce qu'au début, quand on me l'a proposé, j'étais pas trop pour parce que je n'avais pas confiance en moi", avoue-t-elle.

C'est d'abord son chef d'école qui lui a proposé l'idée du Championnat de France de dessert, mais c'est surtout son formateur, Laurent Cresta, qui l'a poussée à le faire. Elle a décidé de se lancer pour dépasser ses craintes, mais aussi pour "apprendre de nouvelles choses". Et, même si elle n'avait pas gagné, cette expérience est "à faire dans sa vie" au moins une fois. 

Margot Moura aimerait bien retenter d'autres concours plus tard et dit même y avoir "pris goût". La prochaine étape pour elle, c'est de finir son apprentissage en juin, aller travailler à Paris et peut-être repasser le même championnat, en catégorie professionnelle cette fois.