"Touche pas à ma poste" : les maires de l’Oise dénoncent la fermeture estivale des bureaux de poste

Le département de l’Oise compte 113 bureaux de postes mais 36 d’entre eux vont fermer cet été pendant la saison estivale. Certains maires, dont celui de Longueil-Annel, ont décidé de protester contre ces fermetures en créant le collectif "Touche pas à ma poste".
 
La Poste de Longueil-Annel sera fermée du 15 juillet au 4 août 2019.
La Poste de Longueil-Annel sera fermée du 15 juillet au 4 août 2019. © France 3 Hauts-de-France
Du 15 juillet au 4 août, les habitants de Longueil-Annel devront prendre leur voiture pour poster leur courrier. La poste sera fermée trois semaines pendant la période estivale, ce qui inquiète les résidents. "Ça ne va pas être marrant pour nous, ni pour les personnes âgées et ça va être compliqué pour payer nos factures surtout", regrette Doriane Cattier, une habitante de la commune.
 
« Touche pas à ma poste » : les maires de l’Oise dénoncent la fermeture estivale des bureaux de postes

Ce jour-là, les mariniers de la cité batelière s’affairent au bord du canal. Ils sont les premiers à dénoncer la fermeture de la poste. "C’est un abandon des petites communes, ça devient industriel partout !", se désole Roger Mercier.

Sur 113 bureaux de postes recensés dans l’Oise, 36 sont concernés par des fermetures temporaires d’une durée maximale de trois semaines. De son côté, La Poste assure que ce dispositif repose sur la baisse d’activité liée à la période estivale.

Mais cette explication reste insuffisante pour Daniel Beurdeley, le maire (PC) de Longueil-Annel. Avec d’autres élus du département, il a décidé de monter un collectif "Touche pas à ma poste" pour dénoncer les fermetures estivales : "Je trouve cette fermeture inadmissible dans une commune de 2700 habitants. La poste a une délégation de service publique et elle doit respecter cette délégation."

En France, La Poste est soumise à une obligation : au moins 90% de la population doit se trouver à moins de 5km et moins de 20 minutes d’un bureau ou d’un point postal.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société ruralité