Voix française de Sylvester Stallone et chef d'entreprise dans l'Oise, qui était Alain Dorval ?

Alain Dorval, le comédien qui doublait entre autres Sylvester Stallone, est décédé dans la nuit du 12 au 13 février des suites d'un cancer. Devenu une référence mythique de la pop culture, il était aussi chef d'entreprise à Chambly. Nous l'avions rencontré 2021.

Si vous ne connaissez pas son nom, vous connaissez forcément sa voix Pendant 50 ans, Alain Dorval a prêté sa voix à Sylvester Stallone pour les versions françaises de plus de quarante films. Une voix devenue aussi mythique que les personnages incarnés par l'acteur américain, comme Rocky et Rambo.

Sa famille a annoncé son décès, dans la nuit du 12 au 13 février, en région parisienne, des suites d'un cancer. Il était âgé de 77 ans. La fin d'une vie bien remplie, comme comédien, mais aussi comme chef d'entreprise à Chambly, dans l'Oise. C'est d'ailleurs dans les locaux de sa société, spécialisée dans la création de caisses de transports pour le matériel audiovisuel, que nous l'avions rencontré en 2021.

Une vie de passions

Il racontait ses aventures professionnelles, une carrière surprenante, toujours guidée par la passion. "Je n'ai jamais fait quoique ce soit contre mon envie et contre mon désir, confiait-il. J'ai certainement le défaut de m'être dispersé, de vouloir vivre plusieurs passions à la fois, dont celle de chef d'entreprise." Avant cela, il gérait une entreprise qui fabriquait des enceintes pour les studios de cinéma et de télévision. Il a d'ailleurs équipé une partie de celui de France 3 Picardie.

Je n'ai jamais fait quoi que ce soit contre mon envie et contre mon désir

Alain Dorval, comédien et chef d'entreprise

Le doublage est arrivé dans sa vie un peu par hasard, dans les années 1970. Jeune comédien formé au Cours Simon et au conservatoire d'art dramatique de Paris, il joue alors dans des pièces de théâtre. C'est lors d'un tournage d'un téléfilm de l'ORTF, un ingénieur du son lui propose de s'essayer au doublage de films. Il passe une audition pour doubler un jeune acteur américain encore inconnu du grand public : Sylvester Stallone, tête d'affiche de Rocky.

Il décroche le rôle et participera, sans le savoir à l'époque, à la création d'un personnage mythique. Quel francophone n'a jamais entendu cette voix rauque si emblématique ? Alain Dorval deviendra rapidement la voix officielle de Sylvester Stallone. L'acteur américain, également scénariste, réalisateur et producteur, le fascine. "Je ne peux qu'admirer le bonhomme, qui a une sacrée imagination et qui va jusqu'au bout ! Qu’on aime ou qu'on n'aime pas son travail, peu de gens vont jusqu'au bout comme lui !" Il aura eu l'occasion de le rencontrer à deux reprises, dont la première fois en 2006, trente ans après la sortie du premier Rocky.

D'autres rôles moins connus

Mais il serait dommage de réduire Alain Dorval à son doublage de Stallone. Il est aussi Dany de Vito dans Y a-t-il quelqu'un pour tuer ma femme ? , Robert Foxworth dans les Transformers, et des dizaines d'autres acteurs. Au total, il aura prêté sa voix dans plus de 150 films, de nombreuses séries télévisées et même 15 jeux vidéos. On lui doit aussi l'habillage sonore des radios Skyrock et Ado FM.

Parmi toutes ces expériences, il y en a une qu'il affectionnait particulièrement : le doublage de personnages d'animation. Il a été la voix menaçante de l'ennemi de Mickey, Pat Hibulaire, celle plus chaude et enveloppante de Weaver, le meilleur ami du héros de Fourmiz, ou encore celles de personnages de la série Il était une fois, diffusée sur France 3 à partir des années 80, qui ont instruit toute une génération d'enfants. "Doubler un acteur ; le rôle est déjà joué ! C'est un exercice de style ! Alors que jouer un personnage de dessin animé, on a plus de libertés ! D'autant que souvent, la voix est enregistrée avant que l’image n'existe."

À l'époque, il nous parlait aussi de son envie de revenir à son premier amour : les planches de théâtre. "J'ai envie de revenir à l'essentiel", disait-il. Sa famille a indiqué à l'AFP qu'il venait justement, avant de mourir, "de remonter sur scène pour donner lecture de La Chute de Camus". Quand nous l'avions rencontré, il voulait mettre en scène L'école des femmes de Molière. Sa famille a ajouté que c'était justement là-dessus qu'il travaillait avant son décès.

En 2023, il a reçu la distinction de chevalier des arts et des lettres. Il était également le père d'Aurore Bergé, ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations.

Avec Julien Guéry / FTV