• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Pas de 1ère division ni de coupe d'Europe pour le FC Malines, club belge embourbé dans le “Footballgate”

Image d'illustration / © Stéphane Lefèvre - Maxppp
Image d'illustration / © Stéphane Lefèvre - Maxppp

Le club belge du FC Malines, embourbé dans un dossier de matchs présumés truqués, a été retrogradé en deuxième division.  Il ne pourra participer à aucune compétition européenne, selon une décision de la fédération belge de football, communiquée le samedi 1er juin. 

Par Noémie Javey avec AFP

"Nous ne comprenons pas cette décision, nous sommes innocents. Nous allons maintenant étudier le dossier et nous envisageons d'introduire un recours" a indiqué le FC Malines dans un court message sur son site internet, relayé dans un post Twitter : 
 

Cette décision est celle de la Fédération belge de football transmise dans un communiqué le samedi 1er juin. Elle a décidé de rétrograder en deuxième division le club du FC Malines et de lui interdire la participation à toute compétition européenne. 
 

Un club qui venait de remporter la Coupe de Belgique


Un sacré coup dur pour le club, qui venait d'assurer sa montée en première division à la rentrée prochaine et qui avait remporté, cette saison, la Coupe de Belgique qui lui permettait d'accéder à la phase des poules de la Ligue Europa. 

La commission des litiges d'appel pour le football professionnel a décidé de condamner "le (FC Malines) et quatre de ses administrateurs" pour "falsification de la compétition" dans le cadre du footballgate où le club est accusé de match truqué. 

Mais les mauvaises nouvelles ne s'arrêtent pas là. Le club devra évoluer en deuxième division, dans la "Proximus League", avec un handicap de 12 points. 
 

Un match contre Waasland-Beveren en cause


Cette décision de la Fédération belge intervient suite au match du 11 mars 2018 qui opposait le FC Malines au Waasland-Beveren. Ce dernier s'en sort mieux. Il a été jugé non coupable même si l'Union belge de football a condamné deux de ses administrateurs "pour ne pas avoir satisfait au devoir d'information". 

Trois agents de joueurs ont aussi été déclarés "coupables pour des faits de falsification de la compétition". 

Le procureur fédéral de l'Union belge, Kris Wagner, n'a pas mâché ses mots concernant les deux clubs de Malines et de Waasland Beveren, estimant qu'il y a "quelque chose de fondamentalement pourri chez ces clubs mafieux" devant la haute chambre d'appel de l'Union belge, le 25 mai dernier. 

Mais un appel reste possible. Le FC Malines dispose de 7 jours pour contester la décision auprès de la Cour belge d'arbitrage pour le sport. 
 

Un perdant mais deux gagnants


Si Malines était privé de Coupe d'Europe, la place en Ligue Europe reviendrait au vainqueur d'un barrage entre le 5e du championnat et le vainqueur des play-offs 2, qui oppose les clubs ne figurant pas dans le top 6 à l'issue de la saison régulière. 

Côté passage en première division, c'est le club de Beerschot Wilrijk qui prendra la place de Malines en Jupiter Pro League. 

Qu'est-ce que le "footballgate" en Belgique ?

 

  • Fin 2017, une enquête fédérale s'ouvre suite à un rapport de l'Unité des fraudes sportives de la police fédérale. Il mettait en lumière des transactions financières suspectes dans la 1ère division du championnat belge. 
  • Octobre 2018, l'affaire prend une autre tournure. Le parquet fédéral annonce le lancement de 44 perquisitions en Belgique, notamment dans 10 clubs de 1ère division. Plusieurs personnes sont interpellées : Mogi Bayat, ancien dirigeant du Sporting Chaleroi et désormais agent; Dejan Vejlkovic, agent ( il a été sanctionné de dix ans de suspension pour toutes les activités au sein de l'Union royale belge des sociétés de football association et une interdiction de réafilliation); Herman Van Holsbeeck, ex-manager d'Anderlecht. Des perquisitions ont aussi été menées chez des arbitres ,un ancien avocat, un entraîneur, des journalistes et dans un bureau comptable. 

L'instruction judiciaire porte sur des activités menées dans le cadre d'une organisation criminelle, de la corruption privée, et du blanchiment d'argent. Le parquet fédéral a mis en avant les techniques de certains agents de joueurs : ils auraient caché aux autorités des commissions portant sur des transferts ou des salaires. 

Mais la Belgique n'est pas le seul pays visé par cette enquête. Treize perquisitions ont aussi été menées à l'étranger, notamment en France, en Serbie, en Macédoine, à Chypre et au Luxembourg. 

Sur le même sujet

Les clefs de Mat Bastard

Les + Lus