Le Main Square Festival déprogramme la venue de Koba LaD, accusé d'homophobie après un message sur Snapchat

Koba LaD ne se produira pas au Main Square Festival qui a décidé d'annuler sa venue. / © YOUTUBE / KOBA LAD
Koba LaD ne se produira pas au Main Square Festival qui a décidé d'annuler sa venue. / © YOUTUBE / KOBA LAD

La polémique enflait, elle aura eu raison de la venue de Koba LaD au Main Square Festival d'Arras. Les organisateurs du festival ont décidé d'annuler sa venue ce mardi 18 février. 

Par E.M avec N.J

"Suite au publication de l'artiste sur ses réseaux sociaux, le Main Square Festival [...] a décidé de déprogrammer Koba LaD de l'édition 2020 du festival arrageois.", a expliqué ce lundi le Main Square Festival dans un communiqué publié sur sa page Facebook, mettant fin à une polémique autour de la venue du jeune rappeur lors de l'édition 2020 du festival arrageois en juillet prochain.
 
 
La raison de cette déprogrammation ? Le rappeur de 20 ans a partagé dimanche sur Snapchat la capture d'écran d'un article intitulé : "Ce père tue son propre fils de 14 ans parce qu'il était gay. Il préfère un fils mort qu'un fils gay." (article publié il y a deux ans). Il y a ajouté quatre emojis de poignées de mains et écrit ce commentaire « Bien joué. »

Le message n'est pas resté en ligne longtemps mais suffisamment pour qu'il soit capturé, repartagé et condamné par de nombreux internautes, notamment sur Twitter. Le site dédié à l’actualité des festivals "Esprit Festivalier" a rapidement publié de son côté un article pour indiquer qu’il ne couvrirait pas les concerts de Koba LaD cet été : "L’homophobie n’est pas une opinion mais un délit ".
 
 

Le rappeur originaire de l'Essonne était jusque-là programmé dans de nombreux festivals cet été. Tous ont indiqué rapidement avoir demandé des explications au rappeur et à son entourage. 

Le VYV Festival de Dijon a été le premier à annoncer la déprogrammation de Koba LaD ce mardi. "Maladresse ou conviction, il en va de la responsabilité d'un artiste populaire, quels que soient son âge et ses positions de ne pas susciter par son comportement la haine à l'égard de l'autre", ont indiqué ses organisateurs dans un communiqué.
 

Outre le Main Square, le festival Garorock à Marmande en a fait de même depuis, tout comme le Dour Festival en Belgique ou le Festival FreeMusic en Charente-Maritime.
 

De son côté, Koba LaD essayait depuis sa story de se rattraper, toujours sur les réseaux sociaux et assurait ne pas être homophobe. "Chacun pour soit, Dieu pour tous. Je cautionne pas du tout le meurtre, ni l’enfant gay", dit-il, plaidant "une incompréhension". Il affime également que le partage de ce message a été réalisé dans sa "foncedée" (NDLR : sa défonce, sous l'emprise de drogues). 
 

Des "excuses" insuffisantes pour le Main Square Festival qui condamne les propos : "Si nous voulons croire en la maladresse d'un jeune homme dont les actes ont pu dépasser la pensée dans un contexte d'hyper connectivité, il n'en demeure pas moins que les idées qui ont été véhiculées n'ont pas leur place dans la Citadelle."
  
Koba LaD, 20 ans, a connu un succès fulgurant ces deux dernières années avec ses deux albums "VII" (disque de platine) et "L'affranchi". Sur Youtube, son dernier clip "Mortel" a été vu plus de 15 millions de fois. Il devait se produire à Arras le 4 juillet prochain.
 
 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

suivez tout le Main Square Festival

Les + Lus