Berck-sur-Mer : l'incendiaire de l'hôpital Calot a reconnu (partiellement) les faits

Publié le Mis à jour le

L'homme de 29 ans placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur les incendies volontaires déclenchés à l'Institut Calot de Berck-sur-Mer, vendredi, est passé aux aveux. Il sera mis en examen en fin d'après-midi.  

Il niait tout depuis le début de sa garde à vue. L'homme de 29 ans, par ailleurs pompier volontaire et agent de sécurité au sein de l'Institut Calot de Berck-sur-Mer, a reconnu être l'auteur de la dizaine d'incendies qui ont touché l'hôpital vendredi. 



"Il a reconnu partiellement les faits, c'est à dire les incendies de vendredi, mais pas ceux du mois de janvier", indique Philippe Sabatier, procureur-adjoint à Boulogne-sur-Mer. 





Pas de lien avec le corbeau



L'homme nie également être le corbeau qui envoie des messages de menace au personnel depuis le mois octobre. "Il n'y a effectivement pas de lien entre les deux affaires", indique le Parquet, qui précise néanmoins que l'enquête suit son cours et que différentes pistes sont étudiées. 



La garde à vue de l'incendiaire va se terminer en milieu d'après-midi. Il sera ensuite présenté à un juge d'instruction et mis en examen pour "destruction de biens par incendie". Le Parquet de Boulogne-sur-Mer va demander son placement en détention provisoire.



>> Reportage complet à suivre. 



Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité