Septuagénaire tuée à Lillers : une "dette modique" à l'origine du meurtre

Publié le Mis à jour le
Écrit par MD

Une femme de 71 ans a été retrouvée poignardée chez elle, à Lillers, ce dimanche. La police judiciaire de Lille diligente l'enquête qui a permis l'interpellation d'un homme, lequel a reconnu les faits. Il va être mis en examen par le parquet de Béthune.

Un homme vient de reconnaître le meurtre d'une septuagénaire, retrouvée morte chez elle, à Lillers ce dimanche 17 mars. Interpellé le même jour par la police judiciaire de Lille dans le cadre d'une enquête pour "homicide volontaire", le suspect, qui était "présent au domicile lors des faits", a reconnu en être l'auteur, annonce le parquet de Béthune.

Placé en garde à vue, il a expliqué son geste "par l'existence d'une dette d'un montant modique qu'il devait à la défunte", a précisé le vice-procureur de la République de Béthune, Adam Chodkiewiez. L'homme devait 70 euros à la défunte, selon une source proche de l'enquête. Les éléments de police scientifique corroborent ses aveux, il devrait donc être déféré mardi.
 
Le suspect, un père de famille d'une cinquantaine d'années, logeait non loin du domicile de la victime, dans sa voiture. Il avait une activité professionnelle il y a encore peu de temps mais serait en perdition à cause de l'alcool. L'homme était d'ailleurs en état d'ivresse quand il a été arrêté, ajoute une source proche du dossier.

 

"Nombreux coups de couteau"


La victime aurait reçu de "nombreux coups de couteau" au niveau du ventre, précise cette même source. Alertés par l'un de ses amis de la défunte, les secours étaient intervenus car elle ne donnait plus signe de vie depuis un long moment.
 

Les constatations médico-légales ont établi l'existence de de lésions défensives, corroborant la thèse criminelle. Son décès remonterait à samedi soir, date où le mis en cause se trouvait au domicile de la victime où elle a été retrouvée morte 24 heures plus tard.

Une information judiciaire va être ouverte dans les jours à venir devant un juge d'instruction du tribunal de Béthune. De quoi permettre la mise en examen du suspect et la détermination des circonstances exactes du décès, conclut le parquet.