• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Boulogne-sur-Mer : ce que l'on sait des deux femmes retrouvées mortes huit mois après leur décès

Les deux femmes ont été retrouvées dans leur appartement, rue de la Tour d'Ordre. / © Google Earth
Les deux femmes ont été retrouvées dans leur appartement, rue de la Tour d'Ordre. / © Google Earth

Les victimes, qui seraient mère et fille, ont été découvertes "enlacées" dans leur appartement de Boulogne-sur-Mer, jeudi 9 mai. L'une, âgée de 78 ans, serait décédée de mort naturelle tandis que sa fille se serait suicidée, indique le parquet.

Par MD avec AFP

Deux femmes de 78 et 51 ans ont été retrouvées mortes dans leur appartement de Boulogne-sur-Mer, jeudi 9 mai. D'après les premières analyses médico-légales, les victimes sont décédées il y a huit mois, probablement  "de mort naturelle" pour l'une et par "suicide" pour l'autre.
 

Elles ont été retrouvées "enlacées", ajoute le procureur de la République, Pascal Marconville. C'est un huissier mandaté pour des factures impayées qui avait découvert deux corps en état de décomposition "très avancé" dans un appartement situé rue de la Tour d'Odre, près du port, dont la porte était fermée de l'intérieur.

 

La mort traumatique exclue


Le parquet de Boulogne-sur-Mer avait alors considéré que les deux femmes étaient les occupantes de l'appartement : une mère de 78 ans et sa fille de 51 ans. Une enquête a été ouverte en recherche des causes de la mort, elle est toujours en cours.

"L'état de momification des corps ne permet pas de définir exactement les causes de la mort" même si la piste de l'intervention d'un tiers est "écartée", précise le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer. Selon Pascal Marconville, le médecin légiste a "exclu la mort traumatique" et émis une "hypothèse" : la mère "serait décédée de mort naturelle et sa fille se serait suicidée" dans la foulée.

L'un des indices menant à cette hypothèse est que "lorsqu'ils ont été découverts, les deux corps étaient enlacés", a noté le magistrat. "Des prélèvements ADN ont été effectués pour vérifier l'identité des deux femmes", même si celle-ci ne fait "presque plus de doute", a-t-il dit.

 

Sur le même sujet

La carte postale de Mont-Saint-Eloi

Les + Lus