• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Boulogne-sur-mer : Nausicaa victime d'une arnaque aux faux ordres de virements

© MAXPPP
© MAXPPP

Le Centre national de la mer Nausicaa de Boulogne-sur-Mer a été victime fin juillet d'une arnaque dite "aux faux ordres de virements internationaux", pour un préjudice de plus de 500.000 euros, a-t-on appris vendredi de source proche de l'enquête.

Par AFP

Prenant pour cible le service comptabilité de Nausicaa, société anonyme d'économie mixte, les malfaiteurs ont réussi à faire réaliser quatre virements au cours de la dernière semaine de juillet, pour un préjudice total de 520.000 euros, a expliqué cette source, évoquant un service "traumatisé" par les faits.
Une plainte a été déposée début août auprès du commissariat de Boulogne-sur-Mer, a ajouté cette source.

Contacté par l'AFP, Nausicaa n'était pas en mesure de commenter dans l'immédiat. Joint par téléphone, Guy Lengagne, ^président du Conseil d'administration confirme l'intervention de pirates qui auraient été jusqu'à imiter deux signatures, dont la sienne. Les virements seraient partis vers une banque roumaine avant de partir vers des destinations plus lointaines. Il a porté plainte auprès du commissariat de Boulogne-sur-Mer et c'est la PJ de Lille qui est en charge de l'enquête.

Les arnaques aux faux ordres de virements internationaux sont en plein essor en France depuis 2010. Les escrocs, basés à l'étranger, parviennent à recueillir un maximum d'informations sur l'entreprise ciblée grâce à internet et aux nouvelles technologies, avant de s'attaquer directement à un service de la société selon des scénarios bien rodés, en se faisant passer pour le PDG, un technicien spécialiste des virements ou encore un bailleur.

Ils parviennent ensuite à se faire effectuer des virements qui atterrissent sur des "comptes rebonds", souvent en Europe de l'Est, avant d'être transférés en Chine. Selon l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), on compte jusqu'à deux tentatives par jour enregistrées dans les grands groupes français et pas moins de 700 faits ou tentatives entre 2010 et 2014, pour des préjudices qui se comptent parfois en millions d'euros.

Sur le même sujet

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus