Nausicaá : près d'un million d'euros de perte après la mort de 28 bébés requins-marteaux

Photo d'illustration. / © Pixabay
Photo d'illustration. / © Pixabay

Aprés avoir été soigné durant plusieurs semaines, cet animal rare, émerveille, à nouveau, les milliers de visiteurs. Mais la mort de vingt-huit bébés requins-marteaux laisse une note salée.

Par Isabelle Girardin

Star du nouveau Grand Nausicaá, le requin-marteau adulte est apparu ces derniers jours dans le grand bassin du centre national de la mer. Soigné pour une conjonctivite, il vient d'être placé dans son bassin d'acclimatation, le temps de s'habituer à son nouvel environnement. 

Dés sa réouverture, après nettoyage, le plus grand aquarium d'Europe proposera à ses 500 000 visiteurs annuels de voir le grand requin-marteau. Un adulte qui devraient mesurer au moins 2,50 mètres de long.

 
Voir la maintenance des bassins de Nausicaa et le requin-marteau

Capturé au large de l'Australie quand il était juvénile, il a été acheté par le Centre de la mer, ainsi qu'une trentaine de ses congénères : 20 en 2011 et 10 en 2018. Ces captures sont strictement autorisées et contrôlées par le gouvernement australien.

 

33 000 € par requin

Reconnu comme un centre d’excellence, Nausicaá a acheminé par avion-cargo, ces juvéniles puis par transport routier jusqu’à Boulogne-sur-mer. Coût de l’opération : 652 750 €, soit un peu moins de 33 000 euros, pour un requin de 50 cm. 

Mais sur ces trente jeunes, vingt-huit n’ont pas survécu, ce qui représente une perte de 900 000 euros pour le Centre.
 
L'arrivée des bébés requin-marteaux à Nausicaa

Les animaux ont été nourris et logés dans un hangar aménagé par la Communauté d'Agglomération du Boulonnais, pour un coût de 2,4 millions d'euros.

Le bâtiment, situé dans la zone industrielle de Garromanche, à Boulogne-sur-mer, a servi de grande réserve aquariologique à Nausicaá. Depuis la mort des requins, il n'est plus utilisé.

 

C'est Nausicaá seul qui paie en tant d'entreprise privée


Une addition très salée que le directeur de Nausicaá, Philippe Valette reconnaît "il y a une polémique, mais c'est Nausicaá seul qui paie en tant d'entreprise privée. Ce n'est pas la Communauté d'Agglo. Nous sommes dans un monde concurrentiel, avec les autres aquariums mais aussi avec des parcs de loisirs."

L'élevage et la cohabitation des jeunes requins-marteaux ne sont pas passés comme prévu. Sur la totalité des animaux sauvages importés, il ne reste que deux requins-marteaux.

Le plus jeune va continuer à grandir dans un arrière bassin, pendant que son aîné fera les délices des visiteurs, dés la réouverture du Centre le 26 janvier prochain.
 

Sur le même sujet

Les + Lus