Pourquoi Boulogne (USBCO) s'accroche toujours à l'espoir de monter en Ligue 2

Boulogne, 3ème du National, espère toujours une montée en Ligue 2. On vous explique pourquoi.
© USBCO
Il a fallu quatre jours pour que les décisions du comité directeur de la Fédération française de football (Comex), réuni lundi matin, soient publiées. La montée en ligue 2 de l’USL Dunkerque, comme on l’attendait, a ainsi été officialisée. Mais l’autre club maritime, l’Union sportive Boulogne Côte d’Opale (USBCO), a aussi obtenu satisfaction, à son niveau. Contrairement à ce qui a pu circuler dans la presse ou sur les réseaux sociaux, le Comex n’a pas annulé le barrage possible entre le 18e de ligue 2 (Niort) et le 3è de National (Boulogne). Et le club s’en félicite dans le communiqué publié jeudi soir.

La semaine précédente déjà, l’USBCO avait préconisé le maintien de ce barrage ou le passage de la ligue 2 à 22 clubs, en arguant notamment des retombées pour le Boulonnais : « La présence d’un club de football professionnel sur la Côte d’Opale aura des effets positifs sur le tissu économique (consommation des supporters et spectateurs, sollicitations auprès des fournisseurs et prestataires locaux…). La présence d’un club de football professionnel sur son territoire constitue un véritable atout en terme rayonnement et génère incontestablement un impact positif pour la notoriété du territoire », pouvait-on lire dans un communiqué paru le 5 mai.
 
Les dirigeants, salariés, joueurs et supporters de l’USBCO attendent maintenant avec impatience le 20 mai, date à laquelle la Ligue du football professionnel (LFP) décidera du maintien de ce barrage à l’occasion de son assemblée générale.
 

Les supporters montent au créneau


L’un  des deux clubs de supporters, « Boulogne Fans 1898 », a lancé la nuit dernière un appel sur sa page Facebook. Il appelle à relayer leur soutien au club pour que ce barrage ait bien lieu. Quelques heures après la publication, le message avait déjà été partagé par une centaine d’abonnés, et « liké » par 111 personnes. Le principe est de partager au maximum une photo portant cet intitulé : #ONNELACHERIEN #USBCOENLIGUE2.
 


Barrage, L2 à 22 ?


A l’origine de cette initiative, Joël Douriez nous a expliqué l’objectif de cet appel qui rappelle un peu la pétition lancée par les supporters de l’Amiens SC pour rester en ligue 1. « Nous n’avons pas la prétention d’avoir le même impact. Mais nous voulons aider les dirigeants du club qui mènent leur propre action pour amener l’USBCO en ligue 2. Comme nous le disons dans notre message, la décision de jouer ce barrage serait une grande marque de soutien au football amateur. Depuis 2012, notre club fait partie du 3ème niveau national, et nous rêvons de retrouver le monde professionnel.
Cette saison, nos joueurs et notre staff ont fait le travail sur le terrain et méritent cette montée.
 »
 
Les supporters boulonnais, qui sont régulièrement en contact avec le club, espèrent recueillir un maximum de partages d’ici mercredi, jour de l’assemblée générale de la LFP. Le Comex de la FFF a laissé une porte ouverte pour la tenue du barrage cet été.

Joint en fin de journée, Reynold Delattre était bien évidemment ravi par la nouvelle. "C’est notre souhait de jouer ce barrage", affirme le président de l’USBCO. "Si les finales de la Coupe de France et de la Coupe de la Ligue ont bien lieu en août, avant la reprise des championnats, je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions ces barrages aux mêmes dates, à huis clos. C’est donc une bonne nouvelle pour nous, qui réchauffe les coeurs dans ce contexte morose, mais aussi pour tous les amateurs de foot".

Cela dit, la décision de jouer les barrages n’est pas encore prise. Mais le président boulonnais s’annonce raisonnablement "confiant"… "Sur ce dossier, nous avons eu le meilleur des avocats avec Noël Le Graët, qui est un défenseur du football amateur. Depuis le début de la crise, il a montré toutes ses compétence".

Si la LFP confirme les barrages, la forme reste à définir. En matches aller-retour, de façon classique, chez les deux adversaires ? Ou sur un seul match en terrain neutre ? "Franchement je n’en sais rien. Mais cela n’a aucune importance. Nous accepterons la formule proposée. S’il faut se déplacer en vélo pour jouer, nous irons !", affirme Reynold Delattre sur le ton de la plaisanterie.
 
Dans ce cas, le staff prévoit une reprise de l’entraînement dès la mi-juin. "Nous en avons parlé avec les joueurs. Après cette longue période de confinement, ils ont tous faim de football, et ils sont très motivés par cet objectif. Ils n’ont pas de crainte car un protocole médical très précis a été fixé par le Ministère pour cette reprise de l’entraînement".

L'assemblée générale de la LFP débutera mecredi à 15h, sous forme d’audioconférence. Elle sera précédée à 10h30 par une réunion téléphonique du conseil d’administration dirigée par la présidente Nathalie Boy De La Tour et le directeur général Didier Quillot. On devrait déjà connaître la décision pour l’USBCO à l’issue de cette réunion matinale. Lors de sa dernière réunion le 30 avril, le conseil d’administration avait déjà indiqué, concernant les descentes entre la Ligue 2 et le National 1, "que la FFF sera vigilante sur les décisions prises et qu’elle souhaite une cohérence d’ensemble entre les différentes divisions amateurs et professionnelles". La balle est donc dans le camp de la LFP, après cette ultime passe de la FFF…

Mais Joël Douriez, comme tous les supporters boulonnais,  avoue qu’il préférerait la montée directe dans un championnat élargi à 22 clubs, plutôt qu’un barrage au résultat aléatoire...
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ligue 2 football sport national