Rappel de produits : des traces de Listeria découvertes dans les filets de haddock Bourgain et Fils

Publié le
Écrit par Lucie Carbajal

Des filets de haddock fumé "Bourgain et fils" produits à Boulogne-sur-mer ont été rappelés par les autorités sanitaires après la découverte de traces de la bactérie Listeria.

Après Buitoni et Kinder, c'est au tour de l'entreprise Bourgain et fils de rappeler certains de ses produits. En cause, la découverte de la bactérie Listeria dans quelques filets de haddock fumés sous vide skin 200g, distribués dans les magasins Carrefour et Leclerc.

"Un prélèvement a eu lieu en magasin et la présence de Listéria inférieure à 10/g a été détectée, donc on a tout de suite fait le nécessaire" indique Pascal Bourgain, gérant de l'entreprise, installée à Capécure. "C'est un petit lot de haddock, ça représente 190 kg à peu près", ajoute-t-il.

Rassurer les clients

"Nous sommes dans un contexte particulier... L'objectif maintenant c'est de rassurer les clients", confie le gérant, faisant référence aux scandales sanitaires successifs de Buitoni et Kinder.

"Même s'il ne faut pas minimiser, nous sommes loin de ces cas de figure, nous on est une PME, c'est un petit lot de haddock qui est concerné et généralement les clients le cuisent donc la bactérie disparaît, mais dans le doute, il faut être prudent", ajoute-t-il.

Les personnes en possession d’un lot de haddock fumés sous vide skin 200g dont la date de limite de consommation est fixée au 23 avril sont invitées à jeter le produit ou à le rapporter en magasin.

"Les personnes qui auraient consommé les 'produits' mentionnés ci-dessus et qui présenteraient de la fièvre, isolée ou accompagnée de maux de tête, et des courbatures, sont invitées à consulter leur médecin traitant en lui signalant cette consommation. Des formes graves avec des complications neurologiques et des atteintes maternelles ou fœtales chez la femme enceinte peuvent également parfois survenir", continue le site rappel conso du gouvernement.

L'entreprise Bourgain et Fils a déjà dû faire face une première fois à cette bactérie en 2014. "On a intensifié nos protocoles, on avait installé trois barrières pour empêcher cette bactérie d'atteindre nos produits, on va en installer une quatrième", indique Pascal Bourgain.