"Tous en selle pour le Portel" : des carnavaleux montent une (fausse) liste pour les Municichvales (municipales)

"Tous en selle pour Le Portel" est la dernière (fausse) liste présentée pour les élections municipales du Portel. Elle est portée par un groupe de carnavaleux en costards rouges et masques de tête de cheval sur le visage et fait un carton sur Facebook, pour le plus grand bonheur des Portelois.
"Pourquoi des têtes de chevaux ? Les têtes de cons étaient déjà prises !" écrivent les membres de la liste "Tous en selle pour Le Portel" sur leur page Facebook, Municichval 2020 Le Portel. Le ton est donné ; depuis le 7 janvier dernier, huit carnavaleux alimentent les réseaux sociaux avec leurs propositions politiques pour la ville du Portel (près de Boulogne-sur-mer, Pas-de-Calais). 
 
Gaétan Bourrin en tête de liste, accompagné de Steeve Biderman, Jessie Calèche ou encore Vincent Pursang forment la quatrième liste imaginaire aux municipales de mars prochain au portel. Ces noms inventés permettent aux amis, tous originaires du Boulonnais, de conserver l'anonymat, respectant une tradition carnavalesque. Ce qui ne les empêche pas d'assurer sur les réseaux sociaux : "On se démasquera (peut-être) chez les gens qui nous auront reçus, apres avoir bu un petit verre en échange", lors du carnaval du Portelois, qui débute vendredi 14 février. 

"On fait le carnaval ensemble depuis quelques années et au moment de trouver un thème on s'est dit que les élections municipales tombaient bien. Au Portel le sujet déchaine les passions alors c'était l'occasion de le traiter de manière humoristique et loufoque", confie Gaétan Bourrin, (faux) candidat à la mairie. 
 

Alors, les huit compères, pompiers, infirmiers, comptables ou ouvriers dans la vie peaufinent leur déguisement : un costume trois pièces rouge "pour respecter le sérieux de l'élection", selon Gaétan Bourrin, et les têtes de chevaux pour se masquer le visage. 
 

"Nous voulons remettre l'intrigue au goût du jour"


"Faire intrigue" est une tradition du carnaval du Portel. Il s'agit de frapper plusieurs coups à la porte d'une chapelle ; l'un des carnavaleux se démasque et, s'il est reconnu par les hôtes, peut faire entrer ses amis pour dégustrer crêpes et gaufres - et boire un petit coup bien sûr.

Ainsi, Gaétan Bourrin affirme vouloir "remettre l'intrigue au goût du jour". Et avec les réseaux sociaux, le jeu prend de l'ampleur ! "Les rumeurs vont bon train au sein du Portel", s'amuse le carnavaleux. Chacun y va de son intuition pour savoir quel groupe d'amis se cache derrière l'initiative. Les huit Nordistes sont heureux puisque pour le moment, à leur connaissance, aucun de leurs proches n'a percé le mystère. 
  

Des propositions loufoques 


Si les carnavaleux ne veulent surtout pas interférer dans les vraies élections municipales, le groupe a tout de même ses propositions. Parmi elles, l'installation d'une tyrolienne entre le phare d'Alprech et le fort de l'Heurt, l'arrivée de la bière à la cantine pour les petits Portelois... Et surtout de remplacement de véhicules municipaux "par des carettes à pédales" pour limiter la pollution. 

 
À la fin du carnaval, le troupeau sait qu'il devra rentrer à l'écurie et abandonnera sa page Facebook. "Mais on se présentera au dépouillement pour voir combien de voix on a eu, même si on n'est pas inscrits bien sûr", prévoit Gaétan Bourrin. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
carnaval fêtes locales événements sorties et loisirs élections municipales 2020 politique élections