• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Calais : quarante migrants ont rejoint l'Angleterre en une journée

Image d'illustration. / © Philippe Turpin/BENELUXPIX/MAXPPP
Image d'illustration. / © Philippe Turpin/BENELUXPIX/MAXPPP

Les secours britanniques sont intervenus en mer cinq fois, mardi 25 décembre, pour venir en aide à des migrants tentant de traverser la Manche sur des embarcations de fortune. Les autorités pointent du doigt des réseaux de trafic d'êtres humains.

Par M.D.

Cinq bateaux, dont certains dans un état très précaire, sont parvenus à passer de Calais aux eaux anglaises, ce mardi 25 décembre. Au total, quarante migrants, dont deux enfants, originaires d'Afghanistan, d'Iran ou d'Iraq sont passés au Royaume-Uni, selon une information de la presse anglaise repérée par La Voix du Nord.

Première intervention pour les garde-côtes britanniques à 4h30 du matin, au large du Kent. Ils ont intercepté un bateau comptant 12 éxilés parmi lesquels se trouvait un enfant.

Quelques heures plus tôt, peu avant 3h, huit migrants ont été retrouvés sur la plage de Folkestone. Une fillette de 8 ans faisait partie du groupe, elle a été placée sous la protection des services sociaux, annonce la BBC.
 

Puis la Border Force a été mobilisée à nouveau à 5h50 pour secourir sept hommes et une femme qui ont tenté la traversée à bord d'un canot à rames. Plus tard, autour de 10h, la préfecture maritime de la Manche annonçait le sauvetage de 8 migrants. Les secours français ont été mobilisés mais c'est la Border force qui les a finalement pris en charge, le bateau étant passé dans les eaux britanniques.

Tous ont été pris en charge et soignés par les secours britanniques. Ils ont passé un bilan médical avant d'être interrogés par le service de l'immigration. La préfecture explique cette recrudescence des traversées par une météo favorable en mer, ce mardi.
 

Mais l'épreuve n'en reste pas moins périlleuse. La zone maritime est "l'une des plus fréquentées au monde, et donc dangereuse pour la vie humaine", rappelle le préfet. Et la température de l'eau est très froide en cette période de l'année. La survie maximale est d'une heure dans une eau à 13°C en cette saison.

 

Des trafiquants d'êtres humains


Le directeur du CROSS Gris-Nez, Marc Bonnafous, nous confiait que l'explosion de ce phénomène était "tout à fait inédit", ajoutant que "ce sont des réseaux de trafic d'êtres humains qui sont à l'oeuvre et qui mettent à disposition de ces migrants des petites embarcations pneumatiques le plus souvent, sur lesquelles ils embarquent en surnombre. A dix, quinze ou vingt personnes."

Les secours français et britanniques travaillent donc en étroite collaboration pour éviter un drame. Cette année, aucun incident de ce type n'a été à déplorer.
 

Les réfugiés, eux, sont prêts à tout pour tenter la traversée. "Si vous donnez un bateau, je tente ma chance immédiatement, assure Abdul-Sadiq, exilé pakistanais en attente à Calais. Je suis fatigué, ça doit faire cinq mois que je suis ici à Calais. C'est vraiment une vie à la con. On est dans le froid, sous la pluie, on dort dans des tentes..."

Depuis avril, les services britanniques ont arrêté 43 groupe de passeurs. Et en novembre, deux hommes ont écopé de huit ans de prison chacun pour trafic de clandestins.

 

Sur le même sujet

Loïc Pen, chef du service des urgences de Creil et Jean-Claude Villemain, maire PS de Creil

Les + Lus