Coronavirus : deux mois de prison ferme pour un Calaisien coupable d'avoir violé à répétition le confinement

Un Calaisien de 20 ans a été condamné à deux mois de prison ferme pour avoir violé à répétition le confinement imposé par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus, a-t-on  appris ce mercredi auprès du parquet de Boulogne-sur-Mer. 
 
Un policier à Lille contrôlant une attestation de déplacement dérogatoire.
Un policier à Lille contrôlant une attestation de déplacement dérogatoire. © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Ce Calaisien mis en cause est un jeune homme "très connu des services de  la police et de la justice", a indiqué le parquet de Boulogne-sur-mer. Il a commis "huit violations du confinement" en étant contrôlé sans document justificatif entre le 25 et le 30 mars.

Pour ces faits, il a été condamné mardi par le tribunal de Boulogne-sur-Mer "du chef de violation habituelle de confinement" à "deux mois d'emprisonnement ferme avec mandat de dépôt" et a été incarcéré à la maison d'arrêt de Longuenesse. 
 

D'autres récidivistes interpellés à Roubaix et Armentières


Ces violations répétées du confinement ne sont pas un cas isolé dans la région. Mardi à Roubaix (Nord), un jeune homme de 19 ans a été interpellé vers 15h, rue de Mouvaux, pour non présentation d'une attestation de sortie. Il n'en avait pas déjà lors d'un premier contrôle effectué plus tôt dans la matinée. Selon la police, il s'agissait de sa sixième verbalisation pour non respect des mesures de confinement. Il a été placé en garde à vue. Il a été déferré ce mercredi au tribunal et laissé libre avec 60h de travail d'intérêt général (TIG) à effectuer.

Mardi également, un autre jeune homme de 20 ans a été placé en garde à vue à Armentières (Nord) alors qu'il circulait en voiture, rue de Dunkerque. Il n'a pu présenter d'attestation. Sa troisième infraction depuis le 24 mars. Il s'est rebellé lors de son interpellation.
 
Vendredi dernier, un homme de 29 ans a été placé en garde à vue à Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais), après avoir été contrôlé pour la quatrième fois en deux jours, en train de se promener sans attestation sur la voie publique.

Le non respect des mesures de confinement (déplacements, réunions etc...) est passible d'une amende de 135 euros. Il s'agit d'une contravention de 4e catégorie. Si une deuxième violation des règles de confinement est constatée dans un délai de 15 jours, une contravention de 5e catégorie peut être relevée. Un décret du Premier ministre, paru dimanche au Journal officiel, porte à 200 euros le montant de l'amende.
 

Cette amende est majorée à 450 euros si elle n'est pas payée dans les 45 jours. Si quatre violations sont relevées dans les 30 jours, il s'agit alors d'un délit punissable de six mois de prison et 3 750 euros d'amende, rappelle-t-on au ministère de l'Intérieur.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société