Une grue soulève les "Bourgeois de Calais" pour commencer leur restauration

Œuvre du sculpteur Rodin, les "Bourgeois de Calais" font l’objet d’une restauration qui commence aujourd'hui, mercredi, avec le repositionnement de la statue. Le monument, de deux tonnes, a été levé par une grue de la société calaisienne Lelieur et bougé de quelques centimètres !

Grutage de l'oeuvre de Rodin "les Bourgeois de Calais"
Grutage de l'oeuvre de Rodin "les Bourgeois de Calais" © Pascal Mahieu
Les Six Bourgois de Calais, sculptés par Rodin en 1885, font l’objet d’une nouvelle restauration. Un chantier qui démarre par le repositionnement de la statue de trois petits centimètres ! L'oeuvre, installée face à l’hôtel de ville de Calais, pèse près de deux tonnes et pourtant... elle a bougé avec le temps et les vibrations de son environnement : foire aux manèges, circulation rouitière et autres festivités comme la venue de gigantesque Long Ma, cheval-dragon de la compagnie La Machine en 2016.
   

Une grue pour une statue de 2 tonnes


Ce mercredi matin, le monument a été levé par une grue de la société calaisienne Lelieur. L’opération a pris la matinée, grâce à des sangles pour effectuer le levage et le repositionnement. La statue a été reposée délicatement sur son socle, puis calée à l'aide de quatre pitons. Antoine Amarger, restaurateur de sculpture métallique, supervisait l’opération : "Il était urgent d'intervenir", admet-il.
 
 
Ce repositionnement initial n'est que le début de sa restauraton complête. Victime des intempéries, de la pollution et des embruns marins, l'oeuvre qui mesure plus de deux mètres de haut, fera l'objet d'un grand nettoyage. Elle sera assurée par Manon Joubert, spécialisée dans la restauration de sculptures en métal qui va effectuer un microsablage, pour redonner au bronze sa patine.
 
VIDEO. Restauration des Bourgeois de Calais, oeuvre de Rodin

La statue, commandée à Rodin en 1885, a été inaugurée en 1895. Elle représente 6 hommes et commémore une page douloureuse de l'histoire de Calais, lors du siège de la ville par le roi d'Angleterre en 1347. Une commande publique qui durant dix années, fera l'objet d'âpres discussions entre le sculpteur et le maître d'ouvrage pour parvenir à un compromis sur l'oeuvre.
 

Une oeuvre magistrale et polémique sculptée par Auguste Rodin


Durant la guerre de Cent Ans, après la reddition des habitants, Henri III exige le sacrifice de six bourgeois parmi les plus notables. Ils lui seront livrés "pieds nus, en chemise et la corde au cou parés pour le bourreau" : Eustache de Saint Pierre, le plus âgé, s'offre pour le sacrifice puis, à sa suite, Jean D'Aire, Jacques et Pierre de Wissant, Jean de Fiennes et Andrieus d'Andres. Jean de Vienne était le gouverneur.
 
© Pascal Mahieu


Rodin souhaitait souligner l'aspect humain du sacrifice alors que la ville prônait une interprétation héroïque du drame. Un débat qui lui vaut de virulentes empoignades avec la municipalité.
 
Les Bourgeois de Calais ont fait l’objet de plusieurs travaux ces dernières années : en 2001, elle a été emmenée trois mois à la prestigieuse villa Médicis, à Rome. D’autres travaux, moins importants, ont été menés en 2006, 2007, 2011, 2012 et 2017.


Un patrimoine inestimable et symbolique

 
Exposition Rodin à Calais en 2017

Aujourd'hui, cette restauration est coordonnée par le musée des Beaux-Arts de Calais et les services de la ville. D’un montant total de 14 280 €, elle est financée par la ville à hauteur de 10 080 € et par la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) à hauteur de 4 200 €. En 2017, le musée des Beaux-arts de la ville avait célébré le centenaire de la mort du sculpteur, autour du plâtre original du Baiser.
 Petit guide pour reconnaitre les Bourgeois de Calais par Rodin :
 
  • Eustache de Saint-Pierre, le plus âgé du groupe, barbu et moustachu, entame la marche
  • Jacques de Wissant, voûté, avance résigné
  • Pierre de Wissant, le corps et le visage encore tournés vers l’arrière, esquisse le premier pas vers le sacrifice
  • Jean de Fiennes, torse découvert et bras ouverts, est l’image du don ultime et du sacrifice absolu
  • Andrieu d’Andres, la tête entre les bras, est figé dans une attitude de désespoir
  • Jean d’Aire, droit et volontaire, porte les clefs
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale région hauts-de-france sculpture culture art patrimoine