Un jeune nordiste en week-end à Budapest tué dans la rue, un suspect interpellé

Clément Bouly, 25 ans et originaire du Calaisis, a été tué samedi 8 février à Budapest (Hongrie) où il passait un week-end avec sa compagne. Un suspect a été interpellé quelques heures après le crime. 

Un jeune suspect de 26 ans a été interpellé.
Un jeune suspect de 26 ans a été interpellé. © Police hongroise
Clément Bouly, 25 ans et originaire du Calaisis, a été tué tôt dans la matinée du samedi 8 février dans la rue à Budapest (Hongrie), probablement à l'arme blanche, d'un seul coup de couteau. Les faits se sont produits vers 6h30 à proximité d'un parc en centre-ville. 

Clément Bouly, qui vivait dans la métropole lilloise où il était étudiant-apprenti en marketing digital, devait passer le week-end dans la capitale hongroise pour y fêter ses 26 ans ce 9 février. Il était accompagné de son amie, également nordiste selon nos informations. 
 


"Mauvaise journée"


Quelques heures après le meurtre, la police hongroise a identifié puis interpellé un suspect dans un appartement de la ville. Une arrestation filmée et diffusée par les autorités.
Arrestation d'un homme soupçonné du meurtre d'un Nordiste tué à Budapest

Le meurtrier présumé, un citoyen américano-britannique de 26 ans qui a égalerment la nationalité hongroise, aurait reconnu et justifié son acte parce qu"il avait "passé une mauvaise journée", selon la presse locale. Ce suspect et la victime ne se connaissaient pas. "Lui a passé une mauvaise journée, mais nous il a détruit nos vies... Comment garder foi en l'humanité quand il vous arrive ça", a déclaré la soeur de Clément Bouly sur Facebook.

L'homme accusé du meurtre a été présenté au tribunal ce mardi et a déclaré ne pas se souvenir exactement de ce qu'il s'est passé, rapportent les médias sur place. Ivre au moment des faits, cet homme souffrirait d'un trouble bipolaire. La justice hongroise a décidé de le maintenir pour l'instant détenu jusqu'au 11 mars prochain. 
 La famille de Clément Bouly a été reçue durant le week-end à l'ambassade de France en Hongrie. Pour les besoins de l'enquête, le corps du jeune nordiste doit être autopsié sur place, avant d'être rapatrié.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers international