Naufrage meurtrier de migrants dans la Manche, cinq passeurs interpellés dans la nuit

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Girardin
27 migrants décédés, cinq passeurs arrêtés à Calais
27 migrants décédés, cinq passeurs arrêtés à Calais © François Lo Presti / AFP

Une cinquième personne soupçonnée d'être un passeur a été arrêtée dans la nuit de mercredi à jeudi, au lendemain du naufrage de 27 migrants dans la Manche. Une tragédie inédite qui sera au centre d'une réunion avec des ministres européens en charge de l'immigration, ce dimanche à Calais.

La France invite "les ministres en charge de l'immigration belge, allemand, néerlandais et britannique, ainsi que la Commission européenne, à une rencontre" dimanche à Calais, a indiqué Matignon ce jeudi après une réunion interministérielle au lendemain du naufrage dans la Manche d'une embarcation de migrants qui a fait 27 morts.

"Cette réunion devra permettre de définir les voies et moyens de renforcer la coopération policière, judiciaire et humanitaire" pour "mieux lutter contre les réseaux de passeurs à l'œuvre dans les flux migratoires", ont expliqué les services du Premier ministre. Jean Castex n’a pu se rendre sur les lieux du drame, en raison d'un test positif au Covid 19, il est actuellement maintenu à l’isolement.

Dans un communiqué le Premier ministre réaffirme que "la France n’acceptera jamais que des femmes, des hommes et leurs enfants, dont la détresse, le dénuement et la misère" soient "exploités par des passeurs criminels" et "puissent perdre la vie à quelques kilomètres de ses côtes. Une véritable filière organisée et professionnalisée de traite d’êtres humains s’est mise en place et sévit sur l’ensemble du continent européen." 

Une véritable filière organisée et professionnalisée de traite d’êtres humains s’est mise en place et sévit sur l’ensemble du continent européen.

Jean Castex, Premier ministre

L'entourage de Jean Castex insiste sur la nécessité "d'une réponse faite à l'échelle européenne pour être efficace" et "trouver des solutions pérennes", notamment "en s'attaquant durablement aux passeurs".

De son coté la ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, a appelé jeudi à "un effort international coordonné" pour lutter contre les groupes criminels organisant les traversées illégales de la Manche. Pour empêcher ces traversées, il faut "répondre aux effets d'appel à long terme, briser les gangs criminels qui traitent les êtres humains comme des marchandises et s'attaquer aux chaines d'approvisionnement. Cela nécessite un effort international coordonné", a déclaré Mme Patel devant les députés, disant être "en contact constant" avec ses homologues européens.

Selon le dernier bilan, 27 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de Calais, 2 personnes ont survécu. Parmi les victimes décédées figurent 18 hommes, 6 femmes et trois jeunes : 2 hommes kurdes, 1 vietnamien, 2 hommes et 2 femmes d'origine africaine ainsi que 20 personnes probablement d'origine kurde parmi elles, 4 femmes, 2 adolescents et une fillette de 6 ans. Leurs corps ont été transportés à l'Institut médico-légale de Lille. 

Les deux survivants, un Irakien et un Somalien, étaient en "grave hypothermie hier" mais leurs jours ne sont plus en danger. Ils seront prochainement entendus.

Un cinquième passeur arrêté dans la nuit de mercredi à jeudi avait "une plaque d'immatriculation allemande"

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur

Quatre passeurs présumés avaient été arrêtés mercredi en fin d'après-midi, suspectés d'avoir un lien avec la tragédie, avait indiqué le ministre en déplacement à Calais. Selon Gérald Darmanin, le cinquième passeur arrêté dans la nuit de mercredi à jeudi avait "une plaque d'immatriculation allemande". Il avait "acheté des zodiacs en Allemagne", a-t-il ajouté, indiquant n'avoir aucune précision sur les circonstances du drame.


Le drame s'est déroulé sur un "long boat", un bateau gonflable fragile au fond souple dont l'utilisation par les passeurs s'est accru depuis l'été. Le bateau était parti de Dunkerque, selon une source proche du dossier. L'épave a été saisie et sera examinée pour éclaircir les causes du naufrage, a indiqué la procureure.

des organisations mafieuses, qui relèvent du grand banditisme

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur

La Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille a été saisie de l'enquête, ouverte pour "aide à l'entrée et au séjour irréguliers en bande organisée", "homicide et blessures involontaires" et "association de malfaiteurs". La police aux frontières, la gendarmerie maritime et l'Office central pour la répression de l'immigration irrégulière et l'emploi des étrangers sans titre (Ocriest) sont saisis, selon la source policière.


"Depuis le 1er janvier, nous avons arrêté 1.500 passeurs", a assuré M. Darmanin jeudi. Des passeurs qui fonctionnent comme des "organisations mafieuses" qui "relèvent du grand banditisme" avec l'utilisation notamment de "téléphones cryptés". Il y a des "associations de malfaiteurs" en Belgique, en Allemagne et en Angleterre, a affirmé le ministre, soutenant que les pays devaient travailler "ensemble" sur ce sujet.

Le drame, redouté par les autorités et les associations, est de loin le plus meurtrier depuis l'envolée en 2018 des traversées migratoires de la Manche, face au verrouillage croissant du port de Calais et d'Eurotunnel, empruntés jusque-là par les migrants tentant de rallier l'Angleterre.

Les tentatives de traversées de la Manche à bord de petites embarcations ont doublé ces trois derniers mois, avait récemment mis en garde le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, Philippe Dutrieux. Au 20 novembre, 31.500 migrants avaient quitté les côtes depuis le début de l'année et 7.800 migrants avaient été sauvés. Une tendance qui n'a pas baissé malgré les températures hivernales.

Selon Londres, 22.000 migrants ont réussi la traversée sur les dix premiers mois de l'année. "Choqué, révolté et profondément attristé", le Premier ministre britannique Boris Johnson a assuré sur Sky News vouloir "faire plus" avec la France pour décourager les traversées illégales, pointant les désaccords franco-britanniques. "La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière", a réagi de son côté Emmanuel Macron, réclamant "une réunion d'urgence des ministres européens". Lors d'un entretien dans la soirée, MM. Johnson et Macron "ont convenu de l'urgence d'intensifier les efforts conjoints pour empêcher ces traversées mortelles", selon un porte-parole de Downing Street.

Solidarité et recueillement ce jeudi soir

A Calais, un "cercle de silence" aura lieu jeudi à 18H30 pour rendre hommage aux migrants noyés, au cours duquel des militants d'associations d'aide aux migrants comme des migrants eux-mêmes pourront prendre la parole. A Dunkerque, c'est un rassemblement de solidarité qui est prévu à 18H00 sur le parvis de la Communauté Urbaine.

Dans un communiqué commun, les évêques du Nord et du Pas-de-Calais expriment leur émotion face à ce drame : "Dans la communauté catholique, comme dans les autres communautés chrétiennes mais aussi les associations qui œuvrent à leurs côtés, l’émotion est vive. Nous voulons redire notre présence et notre disponibilité à l’accueil et au soutien de ces enfants, de ces femmes et de ces hommes."

Ils invitent les églises des diocèses de Lille, Cambrai et Arras à faire sonner le glas ce jeudi 25 novembre à 18H30 au moment où se rassembleront à Calais, associations et personnes engagées auprès des personnes migrantes.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.