Metaleurop : quel bilan pour la campagne de dépistage du saturnisme autour de l'ancien site industriel ?

Aujourd'hui, l'Agence Régionale de Santé publie les résultats d'une vaste campagne de dépistage du saturnisme autour de l'ancien site industriel de Metaleurop. Le bilan épidémiologique fait état de huit cas de contamination, dont six sont directement liés à la pollution des sols.

Du 15 juin 2022 au 6 novembre 2022, près de 2 000 enfants âgés entre 0 et 17 ans ont été dépistés par prise de sang pour évaluer le risque sanitaire et l’exposition à des cas de saturnisme, soit la présence excessive de plomb dans l’organisme. Cette mesure est appelée plombémie.

Les enfants testés résident dans 5 communes situées aux alentours de l'ancienne usine Metaleurop-Nord, jugées comme étant les plus exposées à la pollution de cette ancienne fonderie. Il s’agit des communes de Noyelles-Godault, où était située l’usine, Courcelles-lès-Lens, Evin-Malmaison, Dourges et Leforest, dans le département du Pas-de-Calais. 

Pour lancer cette opération de tests à grande échelle, les parents ont reçu un courrier provenant de l’Assurance maladie avec un bon de dépistage. Dès lors, ils ont dû se rendre avec leur enfant dans un laboratoire pour effectuer une prise de sang. Au total, 7 752 enfants ont ainsi été convoqués, via leurs parents, à cette campagne de dépistage. Seulement, 1 892 patients ont effectivement été dépistés, soit 24% des enfants convoqués. Le taux de participation était le plus faible à Noyelles-Godault. C’est pourtant là que l’ancien site industriel responsable de la pollution était implanté jusqu’en 2003.

Huit cas de saturnisme infantile détectés

Au total, 1 892 enfants du Pas-de-Calais ont donc reçu une plombémie, la mesure du taux de plomb dans l’organisme. Les résultats montrent que huit enfants sont atteints de saturnisme infantile, c'est-à-dire que leur plombémie est supérieure ou égale à 50 microgrammes par litre de sang.

Sur ces 8 cas, le lien entre la pollution des sols liée à l’ancienne activité de l’usine et la pathologie est établi pour 6 d’entre eux. Pour le reste de la population testée, 83 autres enfants atteignent des niveaux de plombémie nécessitant une vigilance accrue. L’étude révèle aussi que, de manière globale, ces données sont semblables à celles de la population générale en France. Pour l’ARS, “la campagne de dépistage n’a pas mis en évidence de surimprégnation au plomb.”

Pour autant, le saturnisme est une pathologie aux conséquences lourdes, notamment pour les enfants, puisqu’elle retarde la croissance et cause des troubles du langage et du comportement. Jusqu’en 2003, l’activité de la fonderie Metaleurop a occasionné le rejet de quantités de plomb dans le secteur autour de la commune de Noyelles-Godault. A l’époque, les campagnes de dépistages sont régulières mais s'arrêtent ensuite, en 2012. Mais l’Association PIGE (Pour l’Interêt général des Evinois) estime que les sols sont durablement pollués et que les enfants sont toujours exposés au risque de saturnisme. Alors, leur alerte et la diffusion d’un documentaire sur le sujet provoque le lancement de cette nouvelle campagne de dépistage.