Au procès de l'ex-maire d'Hesdin Stéphane Sieczkowski-Samier, le parquet requiert 2 ans de prison avec sursis

Ainsi que 5 ans d'inéligibilité.

© FLAVIEN BELLOUTI / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
Le parquet de Boulogne-sur-Mer a requis une peine de 2 ans de prison avec sursis, assortie de 5 ans d'inéligibilité à l'encontre de Stéphane Sieczkowski-Samier, ancien maire d'Hesdin (Pas-de-Calais) jugé ce mardi 29 octobre pour "détournement de biens publics" et "détournement de biens saisis".
 
Le procureur a également requis une obligation d'indemniser la ville d'Hesdin, ainsi que la confiscation de ses biens saisis.

Le délibéré sera rendu le 21 janvier. L'ancien maire d'Hesdin a estimé, à la sortie de l'audience, n'avoir "absolument rien à me reprocher, je n'ai détourné aucun centime d'euro et aujourd'hui, on a eu l'occasion de s'expliquer et on peut tout justifier." 
 
L'ex-maire d'Hesdin Stéphane Sieczkowski-Samier : "Je n'ai détourné aucun centime d'euro" ©France 3 Nord-Pas-de-Calais

À l'encontre la mère de Stéphane Sieczkowski-Samier, Christiane Samier, qui comparaissait pour complicité, le parquet a reqius 4 mois de prison avec sursis.

L'ancien maire Divers droite, plus jeune maire de France à son élection en 2014, est poursuivi pour l'achat de plusieurs biens, notamment de matériel de construction, d'un ordinateur ou des repas, avec l'argent de la commune.
 
Au procès de l'ex-maire d'Hesdin Stéphane Sieczkowski-Samier, le parquet requiert 2 ans avec sursis ©France 3 Nord-Pas-de-Calais

Il est également poursuivi pour "détournement de biens saisis" car la somme correspondant au préjudice, gelée sur son compte par la justice, a subitement disparu. Le prévenu a assuré pour sa défense qu'il s'en était servi de bonne foi, sans savoir qu'il s'agissait d'une somme saisie et alors qu'il en avait besoin d'urgence.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société