• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Hesdin : la préfecture demande l'élection d'un nouveau maire dans 15 jours maximum

Stéphane Sieczkowski-Samier a été révoqué par le Conseil des ministres le 21 août, en tant que maire d'Hesdin, à cause de ses déboires judiciaires. / © DENIS CHARLET / AFP
Stéphane Sieczkowski-Samier a été révoqué par le Conseil des ministres le 21 août, en tant que maire d'Hesdin, à cause de ses déboires judiciaires. / © DENIS CHARLET / AFP

La préfecture du Pas-de-Calais a exigé qu'un conseil municipal se tienne dans 15 jours maximum pour élire un nouveau maire à Hesdin et faire avancer les choses. L'ancien maire Stéphane Sieczkowski-Samier, révoqué il y a 8 jours, reste introuvable.

Par Manon Pélissier

La préfecture du Pas-de-Calais veut accélérer la cadence. Après que le maire Stéphane Sieczkowski-Samier a été révoqué il y a 8 jours, le préfet a nommé par intérim son remplaçant, le premier adjoint à la mairie Gérard Lozinguez, et ordonné de "réunir le conseil municipal dans un délai maximum de 15 jours pour élire le nouveau maire et les nouveaux adjoints", dans un communiqué de presse, mercredi 28 août.
 

Le préfet a également souligné qu'"il est désormais urgent que la ville d'Hesdin dispose d'un nouveau maire". Après le jeu du chat et de la souris, auquel semble se prêter l'ancien maire Stéphane Sieczkoswki-Samier, l'État n'est pas d'humeur à rire.
 

Toujours recherché par les gendarmes


Révoqué le 21 août par le Conseil des ministres, Stéphane Sieczkoswki-Samier reste introuvable et est recherché par les gendarmes, qui doivent lui remettre en main propre sa révocation.
 

Néanmoins, cela ne participe pas à bloquer la situation, puisque cette procédure est "une formalité d'usage, qui ne fait pas obstacle aux conséquences du décret", rappelle le préfet du Pas-de-Calais dan son communiqué.

Le 22 août, alors qu'il était déjà recherché, il avait posté une photo de lui aux Bahamas, accompagné d'un message : "Touché, mais pas coulé". Une provocation indéniable qui a sans douté contribué à faire impatienter l'État.
 

Le jeune édile, qui à son élection en 2014 (sous l'étiquette Divers droite) était le plus jeune maire de France, est visé par plusieurs enquêtes, notamment pour détournement de fonds publics, acquisition d'armes de troisième catégorie, prise illégale d'intérêt et complicité de faux et usage de faux en écriture publique.

Dans cette dernière affaire, il a été mis en examen, tout comme sa mère, conseillère municipale. Un procès est prévu le 15 septembre.



 

Sur le même sujet

RC Lens-Paris FC : les buts

Les + Lus