Le maire d'Hesdin Stéphane Sieczkowski-Samier libéré après 36 heures de garde à vue

Stéphane Sieczkowski-Samier photographié le 26 août 2018, en marge d'un concert de David Halliday. / © MAXPPP
Stéphane Sieczkowski-Samier photographié le 26 août 2018, en marge d'un concert de David Halliday. / © MAXPPP

Les gendarmes l'interrogeaient depuis mercredi matin dans le cadre d'une enquête pour "détournement de fonds publics".

Par Quentin Vasseur

Le maire (DVD) d'Hesdin Stéphane Sieczkowski-Samier est sorti de garde à vue ce jeudi 24 janvier, vers 21 heures, a-t-on appris par le biais de son avocat.
 

Il n'y a eu "aucune mise en examen, aucune détention provisoire,  aucune restriction judiciaire" a indiqué Me Hervé Krych. 

Depuis mercredi matin, 9 heures, l'édile est malgré tout resté 36 heures dans les locaux de la gendarmerie du Portel, "pour pouvoir poser l'ensemble des questions" concernant l'enquête sur des soupçons de détournements de fonds publics, pour lesquels une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Boulogne-sur-Mer.

Ce dernier précise que l'enquête préliminaire "se poursuit" et qu'"à l'issue de l'enquête, le parquet envisagera une poursuite en correctionnelle".

 

La question des revolvers abordée

Ces soupçons portaient "sur des restaurants, sur des achats de matériaux, sur des achats d’objets, sur des véhicules, sur les déplacements..." poursuit Me Krych, et les enquêteurs cherchaient à savoir si ces achats avaient été effectués pour la commune ou à des fins personnelles.
 


A notamment été abordée, à l'issue de la dernière audience ce jeudi soir, la question des revolvers achetés par le jeune maire en juillet 2018 (deux revolvers "soft gomm de calibre 8.8x10")

"Monsieur le maire a donné ses explications en disant que c'étaient des biens qui avaient été achetés à l'origine par la mairie et jamais à titre personnel" souligne Me Krych. Stéphane Sieczkowski-Samier s'est donc procuré ces armes "sur conseil de l’armurier, avec validation du trésorier et puis sur les conseils de plusieurs personnes".

La mère de M. Sieczkowski-Samier, également conseillère municipale et placée comme lui en garde à vue, a été libérée un peu plus tôt. "On n'a pas été confrontés aux auditions des autres personnes".

 

Une prochaine conférence de presse

Et maintenant ? "Soit les enquêteurs vont demander des compléments d'information et essayer de mener de nouvelles investigations, soit ils vont le convoquer pour une audience de jugement." Dans tous les cas, "il va falloir établir les responsabilités des uns et des autres".

Quoi qu'il en soit, le maire de la petite commune de 2200 habitants devrait tenir une conférence de presse dans les jours qui viennent.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus