Inondations dans le Pas-de-Calais : pluie attendue, aides financières pour les entreprises, écoles fermées... Le point sur la situation ce lundi

Après la décrue, de nouvelles pluies sont attendues ce lundi 13 novembre, faisant craindre d'autres inondations, dans l'Audomarois ou le Montreuillois. Xavier Bertrand a annoncé la mise en place d'un guichet unique pour aider les professionnels sinistrés.

Plus d'une semaine après les premières crues, la météo n'offre toujours pas de signe d'amélioration. Malgré la petite accalmie des dernières heures, de nouvelles pluies sont attendues. Avec le risque de crues "importantes" voire "exceptionnelles" dans l'Audomarois, le Bas Pays Béthunois et le Montreuillois.

Un guichet unique pour les entreprises

Un numéro (03.20.63.79.00) dédié aux entreprises sinistrées par les inondations a été mis en place, annonce Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France, sur France Bleu Nord, lundi 13 novembre.

Il permet aux professionnels d'obtenir des "avances" financières dans l'attente du remboursement des assurances. L'élu s'engage également à "leur retrouver des locaux, soit dans le département, soit juste à côté".

Pluie et crainte d'une nouvelle crue

L'accalmie devrait être, encore une fois, de courte durée. Un nouvel épisode de pluie est attendu entre ce lundi 13 et mardi 14 novembre. Il devrait faire repartir à la hausse les niveaux les fleuves et rivières. "Les sols sont saturés par les précipitations de ces dernières semaines et les cours d'eau sont extrêmement réactifs", explique Vigicrue.

Pour l'heure, les deux départements du Pas-de-Calais et du Nord sont placés en vigilance crues par Météo-France. Quatre fleuves (Hem, Aa, Lys plaine et Canche) sont également en alerte orange. Des crues "importantes" à "exceptionnelles" y sont attendues dans l'après-midi, d'après les prévisions.

Des débordements sont déjà en cours sur l'aval de l'Aa, à Saint Venant et Merville le long de la Lys et à plusieurs niveaux de la Canche. De son côté, la Liane, placée en vigilance jaune, se stabilise à un "niveau bas", même si une "crue habituelle pour la saison" n'est pas à exclure.

Un centre d'hébergement dans les marais de Guînes

La Croix-Rouge a déménagé son centre opérationnel de Saint-Etienne-au-Mont à Saint-Omer, dimanche, afin de se rapprocher de la zone à risque aux abords de l'Aa. Les 60 bénévoles quotidiens, sur un total de 650 personnes engagées, restent sur le qui-vive. 

Dans le Boulonnais, des opérations de nettoyage sont déployées alors que la décrue s'est stabilisée. Mais la vigilance reste maximale du côté de l'Audomarois. À Blendecques, des vivres ont été donnés à la population, dans le cas où la commune se retrouve une nouvelle fois coupée du monde pendant plusieurs heures.

Les 12 centres d'hébergement sont toujours ouverts pour accueillir les naufragés en quête d'un toit, de nourriture ou de vêtements. Un centre d'hébergement vient d'être ouvert à Guines, situé dans les marais, "en préventif" d'inondations attendues, annonce Fabienne Berquier, présidente départementale de la Croix-Rouge et responsable du centre opérationnel.

Interventions, électricité, eau, routes...

Aucune évacuation n'a été menée dans la nuit de dimanche à lundi (1.355 ont eu lieu depuis le lundi 6 novembre). Mais 8 interventions ont été conduites, sur un total de 2.282 interventions. 4 blessés sont recensés.

700 foyers sans électricité ce lundi matin à 10h30, dont 450 dans l'Audomarois, 150 dans le Calaisis et 100 dans le Boulonnais. Un poste de distribution à Guînes a d'ailleurs été inondé.

7.200 personnes étaient toujours privées d'eau potable dans les zones de Samer et de Doudeauville. Et "la situation devrait perdurer jusqu'en milieu de semaine", indique la préfecture. 50 axes routiers étaient coupés.

Les écoles fermées

Les écoles (primaire, collège, lycée, crèche) de 279 communes sont fermées ce lundi 13 et mardi 14 novembre en raison des conditions météorologiques.

Dans un communiqué, la préfecture précise que "les élèves pourront être accueillis (dans les établissements scolaires) à chaque fois que cela s’avérera nécessaire notamment pour les parents sans solution de garde."

La liste des villes concernées peut être consultée sur le site de la préfecture.