Le maire d'Auchy-les-Mines et l'un de ses adjoints agressés pour une occupation illégale de terrain

Dimanche 10 octobre, le maire d’Auchy-les-Mines dans le Pas-de-Calais intervient sur un parking à l’abandon sur lequel commencent à s’installer illégalement des gens du voyage. Son adjoint et lui-même ont été molestés.

Dimanche 10 octobre en tout début d’après-midi, Jean-Michel Legrand, le maire d’Auchy-les-Mines, assiste au banquet des aînés lorsque l'un de ses administrés l'avertit : une nouvelle fois, des gens du voyage tentent de pénétrer sur le parking d’une ancienne enseigne commerciale de cette commune du Pas-de-Calais.

À l’abandon depuis plusieurs années, et racheté par l’ancienne municipalité, ce terrain est interdit d’accès par plusieurs aménagements. "Ça ne les a pas arrêtés, constate Jean-Michel Legrand. Et quand je suis arrivé, deux caravanes et une voiture étaient en train de rentrer. J’avais sollicité d’autres élus pour m’accompagner. Sur place, nous avons alors disposé un véhicule pour les empêcher de continuer à s’installer sur le terrain."

"Nous avons commencé à discuter, continue l'élu. Quand mes interlocuteurs se sont énervés, ils ont bousculé et traîné à terre un des mes adjoints. Et je me suis pris un coup de poing dans la figure."

C’est la première fois que de tels faits surviennent selon le premier édile. "Quand je leur ai annoncé que j’allais porter plainte, ils ont alors décidé de sortir leurs véhicules garés sur le terrain et sont partis ailleurs."

"Ce que je déplore, ajoute le maire d’Auchy-les-Mines, c’est qu’à deux reprises, j’ai fait le 17, comme les pompiers venus sur place et mes adjoints. A chaque fois, le policier au téléphone nous a expliqué qu’il n’y avait pas assez de véhicules disponibles. Et aucun policier n’est encore pas depuis… "

Le commissariat d’Auchy-les-Mines est fermé soirs et week-ends. À ces heures-là, les coups de fils passés à la police arrivent au commissariat de Béthune. selon le maire, près de 40 000 habitants sur le secteur pâtissent de ce manque d’effectif. « Je n’en ai pas après eux ou les forces de police sur le secteur. Malheureusement, le manque d’effectif fait que…, déplore Jean-Michel Legrand. Mais voilà. Ce n’est pas la première fois que j’interviens auprès du cabinet de Monsieur Darmanin pour réclamer un commissariat de plein exercice. En vain jusqu’à maintenant."

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers