Bully-les-Mines : Sandy est décédée de ses brûlures, son compagnon placé en détention

Elle avait été transportée en urgence au service des grands brûlés de Lille après avoir été aspergée d'essence et brûlée dans la nuit du 10 au 11 novembre à Bully-les-Mines. Son compagnon, soupçonné d'être l'auteur des faits, a été mis en examen et écroué. Sandy Cucheval, 33 ans, est décédée.

image d'illustration
image d'illustration © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
Elle s’appelait Sandy Cucheval, avait 33 ans et était mère de quatre enfants. Depuis plus d’une semaine maintenant, elle se battait pour survivre après avoir été aspergée d’essence et brûlée à plus de 70%, dans une voiture à Bully-les-Mines. Son compagnon, soupçonné d’être l’auteur des faits, avait été interpellé et évoquait devant les enquêteurs un geste involontaire. Placée dans un coma artificiel au centre des grands brûlés du centre hospitalier de Lille, la jeune femme n’a pas survécu à ses blessures. Elle est décédée mardi 17 novembre.

Sur les réseaux sociaux, l’émotion de la famille de Sandy est immense. Impossible de qualifier la douleur de la perte de celle qu’ils décrivent comment pleine de joie et toujours souriante. "Je n’ai pas les mots, explique son frère. C’était une personne en or. Mon coeur va sortir de ma poitrine tellement j’ai mal." Une cagnotte en ligne a été créée pour leur permettre d’organiser des obsèques dignes. Le maire de Bully-les-Mines, François Lemaire, a déclaré pender à ses enfants et ses proches. "C'est toute notre commune qui est touchée, qui est en deuil", a sobrement ajouté l'élu.

Aspergée d’essence puis brûlée

Dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 novembre, Sandy Cucheval a été aspergée d’essence dans une voiture et brûlée. À l’arrivée des pompiers et des policiers, la victime, toujours consciente, leur aurait alors indiqué que l’auteur de faits n’était autre que son compagnon.

Également âgé de 33 ans, le suspect a été interpellé et contestait tout caractère intentionnel lors de l'enquête de flagrance. Il a été placé jeudi 12 novembre en détention provisoire, rapporte le parquet de Béthune. Initialement poursuivi pour tentative d’homicide par conjoint, le dossier est désormais entre les mains du juge d'instruction. Si la procédure confirmait le féminicide de Sandy Cucheval, cela porterait à 84 le nombre de féminicides enregistrés depuis le début de l’année 2020 d'après le décompte effectué par l'association Féminicides par compagnons ou ex.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féminicide société faits divers décès femmes justice