Contrôle routier et dépistage à Lens : de plus en plus de cas positifs

Hier, dernier week-end de retour des vacances, la CRS autoroutière du Nord Pas-de-Calais a procédé à un contrôle routier à Lens. Les cas positifs à l'alcool et aux stupéfiants augmentent.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Permis de conduire, assurance et carte grise s'il vous plaît", la commandante Christine Philippe, de la CRS autoroutière du Nord Pas-de-Calais, se penche vers un automobiliste, à l'arrêt sur cette route de Lens. Le temps de vérifier ses papiers, un autre policier lui demande "avez-vous consommé de l'alcool ? Des stupéfiants ?". Le jeune homme est contrôlé. C'est négatif, il est en règle et peut reprendre la route. 

Dans les contrôles, on a de plus en plus de stupéfiants et de défaut d’assurance. C'est un phénomène qui s’amplifie. 

Christine Philippe, commandante CRS autoroutière du Nord Pas-de-Calais

Les forces de l'ordre le constatent : de plus en plus de conducteurs consomment des drogues. "La grande majorité c’est du cannabis mais on a aussi des drogues dures comme de la cocaïne ou de l’héroïne" assure la policière. Elle ajoute : "c’est plus nouveau, c’est les jeunes beaucoup". 

Pour certains automobilistes, le contrôle va plus loin avec un test salivaire. Ce jeune homme se plie au dépistage et assure "être responsable". Au bout d'une dizaine de minutes, le résultat est négatif. Le conducteur déclare : "il faudrait renouveler ces contrôles plus régulièrement afin d’éviter toutes ces infractions routières". 

C'est Denise Deroeux, de l'association Chris-Elo, qui effectue les dépistages. Elle aussi constate cette hausse : "avant sur un contrôle qui durait trois heures, on avait entre 0 et 5 personnes positives, aujourd’hui on en a entre 3 et 15". Elle précise que beaucoup se retrouvent hors des clous à cause du CBD, "qui ne doit surtout pas être fumé". 

45 personnes tuées depuis janvier 

La date et l'endroit n'ont pas été choisis au hasard. C'est un week-end de retour de vacances, avec une affluence importante dans un lieu particulièrement accidentogène. "Lens représente un peu plus de 20% de l’accidentologie globale du département, 18% des tués le sont sur cet arrondissement" précise Hélène Girardot, directrice de cabinet du Préfet du Pas-de-Calais. 

"Nous devons rappeler aux automobilistes qu’il faut faire attention, être vigilants pour qu’ils puissent rentrer chez eux en toute sécurité" affirme-t-elle. Depuis le début de l'année, 45 personnes ont perdu la vie sur les routes du Pas-de-Calais, "45 tués c’est encore trop, derrière ces 45 personnes, il y a des familles, des amis... c’est un drame familial".