Piqûres mystérieuses dans les boîtes de nuit : une nouvelle alerte prise au sérieux par la préfecture du Pas-de-Calais

Publié le Mis à jour le

Dans la nuit de vendredi à samedi de ce long week-end de l'Ascension, une nouvelle victime de piqûre en discothèque a été recensée dans le Pas-de-Calais. Le centre hospitalier de Lens a bien trouvé une trace identifiable dans son dos.

Ce sont toujours les mêmes témoignages qui reviennent en boucle depuis le mois d'avril, au point de créer une certaine psychose. En effet, il y a des faits, des malaises, des victimes, et jamais d'auteurs retrouvés. 

Les premiers témoignages au mois d'avril sont partis de toute la France, du Sud au Nord. Ce lundi 30 mai 2022, la préfecture d'Arras lance un appel à la prudence après une agression à la piqûre survenue dans une discothèque de l'arrondissement de Lens, le samedi au petit matin, de ce long week-end de l'Ascension.

Une trace de piqûre a alors était découverte dans son dos. Des analyses sont en cours et une enquête a été ouverte

Préfecture du Pas-de-Calais

Communiqué de presse

Perte de connaissance et vomissements

Selon la préfecture du Pas-de-Calais ce 28 mai vers 3h45 du matin, " une jeune femme a perdu connaissance et a été prise de vomissements dans l’enceinte d’une discothèque située au sein de l’arrondissement de Lens. La victime a immédiatement été prise en charge par ses amis qui l’ont mise en sécurité."
La victime s’est ensuite rendue pour un contrôle au Centre Hospitalier de Lens. " Une trace de piqûre a alors était découverte dans son dos. Des analyses sont en cours et une enquête a été ouverte ", précise le représentant de l'Etat. 

Les faits se sont déroulés dans une discothèque de L'agglomération lensoise, à Loison-sous-Lens, le Purple. 

L'âge de la victime n'a pas été précisé. Nous ne savons pas non plus si la jeune femme a déposé une plainte mais c'est normalement la procédure qui est recommandée à toutes les victimes qui se signalent. 

Un premier cas à Amiens début avril

Et c'est à Amiens que le premier cas de jeune femme droguée à son insu a été enregistré dans les Hauts-de France, début avril, avec une victime qui, elle, a déposé plainte. 

Une enquête a alors été ouverte par la police d'Amiens après le dépôt de plainte contre X. La victime, âgée de 23 ans, prise en charge dans la nuit par les pompiers, est sortie de l'hôpital, le lendemain dans la matinée. 

Tout a débuté lors d'une sortie au Moon, boîte de nuit du quartier Saint-Leu à Amiens. Vers deux heures du matin, la jeune femme a été prise de malaise après avoir senti une piqûre au bras. Elle ressent alors de violents maux de tête et sent des fourmis dans les jambes et les mains. Par crainte d'avoir été droguée à son insu, elle se signale auprès des pompiers qui la transfèrent à l'hôpital.

Depuis le phénomène a pris de l'ampleur un peu partout en France. Jamais les résultats toxicologiques ne sont ensuite mis en avant. Toutes les autorités sont en alerte mais peu de détails filtrent. 

Trois ans de prison et 45 000 euros d'amende

Ces faits, qualifiés de violences volontaires et d’administration de substance nuisible, sont "passibles de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende", rappelle la préfecture du Pas-de-Calais. "Cette agression, particulièrement dangereuse, nous appelle à la plus grande vigilance."