Licences de pêche post-Brexit : les pêcheurs vont bloquer le port de Calais et le Tunnel sous la Manche vendredi

La journée d'action, organisée par le Comité national des pêches, vise à peser sur les négociations à propos des licences de pêches accordées par le Royaume-Uni après le Brexit.

Les pêcheurs passent à l'attaque. Face au conflit qui dure autour des licences de pêche post-Brexit, dont nombre de pêcheurs de Boulogne-sur-Mer sont encore privés, les pêcheurs ont annoncé jeudi 25 novembre le blocage vendredi des accès à trois ports de la Manche et au Tunnel sous la Manche pour les marchandises.

Le port de Calais (Saint-Malo et Ouistreham sont par ailleurs concernés) sera notamment concerné par cette journée d'action (blocage entre 12 heures et 13h30) présentée comme "un coup de semonce"Sur terre, les pêcheurs bloqueront également l'accès des camions de marchandises au terminal de fret du tunnel sous la Manche "Eurotunnel" pendant "quelques heures" à partir de 14 heures, a déclaré Gérard Romiti, le président du Comité national des pêches lors d'une conférence de presse.

>> Licences de pêche post-Brexit : "incertitude" et "crainte" après le report français des sanctions envers le Royaume-Uni

L'objectif est "la démonstration de la qualité des pêcheurs professionnels à se mobiliser en réaction à l’attitude provocatrice, méprisante et humiliante du Royaume-Uni".

Paris réclame encore 150 licences

"Si dans les semaines à venir, rien ne bouge, on sera obligés de sévir un cran de plus", a prévenu de son côté Olivier Leprêtre, président du Comité régional des pêches Hauts-de-France.

Depuis l'accord post-Brexit signé fin 2020, les pêcheurs européens peuvent continuer à travailler dans les eaux britanniques à condition de pouvoir prouver qu'ils y pêchaient auparavant. Mais la France réclame plus de licences de pêche à Londres et à l'île anglo-normande de Jersey. Au total, depuis le 1er janvier 2021, elle a obtenu "plus de 960 licences" de pêche, mais Paris réclame plus de 150 autorisations supplémentaires, selon le ministère de la Mer.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie