Loto du patrimoine 2023 : la Chartreuse de Neuville-sous-Montreuil parmi les sélections de la mission Stéphane Bern

A Neuville-sous-Montreuil, dans le Pas-de-Calais, la Chartreuse de Neuville-sous-Montreuil, un ancien monastère, a été sélectionnée par la mission patrimoine soutenue par Stéphane Bern. Ce sera le projet emblématique des Hauts-de-France en 2023 qui bénéficiera d'une aide pour financer des travaux de restauration.

"On a une super nouvelle à laquelle on ne s'attendait pas car le Pas-de-Calais a déjà été primé : on est le lauréat emblématique des Hauts-de-France pour la mission Bern, loto du patrimoine."  Alexia Noyon, ne boude pas son plaisir. Ce matin la directrice de l'association la Chartreuse de Neuville, a réuni toute son équipe et l'ensemble des artisans qui travaillent depuis des années à la renaissance de cet ancien monastère pour annoncer la bonne nouvelle !

L'imposant bâtiment au cœur de la vallée de la Canche, est en effet l'un des dix-huit sites de l'hexagone et de l'outre-mer qui bénéficiera du soutien financier du Loto du Patrimoine de la Française des jeux pour des travaux de restauration.

Un chantier pharaonique !

Car il en faut de l'argent pour restaurer cet édifice. Depuis 2006, Alexia Noyon se bat avec l'association de la Chartreuse pour faire renaitre Notre-Dame des Près, la seule chartreuse de France entièrement conservée.

Les travaux ont démarré en 2016 et de nombreux corps de métiers interviennent sur le site : charpentiers, menuisiers, couvreurs, tailleurs de pierre. C'est l'un des plus importants chantiers des monuments historiques en France, après celui de Notre-Dame de Paris. A ce jour, il a déjà couté près de 11 millions d'euros, avec un modèle de financement hybride : public-privé.

Se débarrasser de la la mérule 

"Ce soutien financier va nous permettre d'engager une nouvelle tranche de travaux. Car ici, il y a deux problèmes majeurs : le premier c'est qu'une grosse partie de cette chartreuse menaçait de s'écrouler, le deuxième qui est en partie une des causes de ces risques d'écroulement, c'est le mérule, ce champignon qui se nourrit de bois et qui se développe dans des conditions d'humidité. Et ça, il y en avait un peu partout ! Alors, la première étape de traitement de ce mérule a été de mettre hors d'eau le bâtiment : charpente, couverture, menuiserie, façade. Maintenant, il faut traiter pour éviter le redéveloppement de ce mérule", explique Olivia Noyon.

L'ancien monastère a été choisi par la mission patrimoine soutenue par Stéphane Bern selon quatre critères : l'état de péril, la maturité du projet (un plan de financement solide, l'intérêt économique et l'intérêt patrimonial).

Une histoire mouvementée

L'histoire de la Chartreuse remonte à plus de 700 ans, lorsque le comte de Boulogne décide de fonder un monastère au pied des remparts de Montreuil-sur-Mer, en 1324. Ce sont des moines qui occupent l'édifice. Le bâtiment détruit, à la Révolution, est reconstruit à la fin du XIX -ème siècle par l'architecte local Clovis Normand. Celui-ci érige en trois ans, l’une des plus grande Chartreuse de France, 18000 m2 pour 24 Pères chartreux, au cœur d’un terrain de 12 hectares, le tout entouré de hauts murs afin de préserver le silence des moines.

Au début du XX -ème siècle, après le départ des moines, la Chartreuse devient un sanatorium puis un phalanstère culturel qui accueille des artistes. Mais avec la guerre, sa plus grosse vocation est hospitalière : hôpital civil belge pendant la première guerre mondiale, puis hospice-asile jusqu'en 1998. Sa vocation religieuse renait alors avec l'installation de la communauté des Sœurs de Bethléem. Mais celles-ci quittent le monastère en 2005 et le bâtiment laissé quasiment à l'abandon se dégrade fortement, d'où les travaux engagés depuis 2016. 

Un deuxième site dans le Pas-de-Calais

Ce n'est pas la première fois qu'un édifice du Pas-de-Calais est sélectionné par le loto du patrimoine. L'an dernier, les chevalements miniers des fosses 9-9bis à Oignies avaient déjà été mis à l'honneur. Une satisfaction pour Philippe Romilhac, délégué régional des Hauts-de-France pour la fondation du patrimoine. "Je suis ravi que ce soit à nouveau ce département car il souffre d'une image qui n'est pas à la hauteur de ce qu'il est. Je suis content que sous l'aspect patrimonial, on reconnaisse sa diversité, sa richesse et l'engagement des hommes et des femmes qui font de ce patrimoine un levier important de l'attraction du département et de sa qualité de vie. Nous ne cherchons pas à restaurer des pierres pour le plaisir de restaurer des pierres, mais parce qu'elles ont un rôle à jouer dans le territoire dans lequel elles s'implantent."

Et effectivement, la Chartreuse de Neuville-sous-Montreuil a pour ambition d'être un centre culturel européen de rencontre dédié à l'innovation artistique et sociétale. Elle est également un lieu d'insertion professionnelle.

Le montant exact de la dotation, plafonnée à 500 000 euros, sera annoncé au cours des prochaines Journées européennes du patrimoine, au mois de septembre. Il dépendra aussi du nombre de joueurs au loto du patrimoine. Plus ces derniers seront nombreux, plus le montant du chèque sera important.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité