Mort de Yanis à Aire-sur-la-Lys après “un pipi au lit” : sa mère remise en liberté

Yanis, 5 ans, est mort des suites d'un traumatisme crânien, lié à des violences volontaires / © DR
Yanis, 5 ans, est mort des suites d'un traumatisme crânien, lié à des violences volontaires / © DR

La mère du petit Yanis, retrouvé mort en février dernier à Aire-sur-la-Lys, a été libérée. Son compagnon, le beau-père de Yanis, est quant à lui toujours incarcéré pour homicide sur mineur de moins de 15 ans. 

Par Jeanne Blanquart

L'affaire avait ému la France entière. Le 6 février dernier, Yanis, 5 ans, était retrouvé mort à Aire-sur-la-Lys, son corps découvert par les pompiers près d'un chemin de hallage. Raison du décès ? Après un "pipi au lit", son beau-père l'avait puni en l'obligeant à courir le long du canal, dans le froid, vêtu d'une simple culotte humide.



L'autopsie avait également révélé que Yanis est mort suite à un traumatisme crânien, "consécutif à plusieurs impacts qui seraient des coups de lampe-torche" infligés par le père, avait alors expliqué le Procureur de la République, Pascal Marconville. 

Rapidement après les faits, la mère et le beau-père de l'enfant étaient arrêtés et mis en examen. Julien Masson, 30 ans, pour "crime et homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans" et "violences volontaires sur mineur de moins de 15 ans par une personne ayant autorité". La mère de Yanis pour "abstention volontaire d'empêcher un crime ou un délit". 

Or, ce dernier motif est un délit et non un crime. Émilie Inglard est donc arrivée au terme de la durée de détention possible et a été libérée, indique le Procureur de la République, confirmant une information de l'Echo de la Lys



Et maintenant ? 


Si la jeune femme a été libérée, elle est tout de même placée sous contrôle judiciaire. Émilie Inglard a interdiction de résider dans le Pas-de-Calais, va devoir pointer une fois par semaine au commissariat et répondre aux convocations des juges. 

Julien Masson est quant à lui toujours incarcéré. Impossible pour le moment de savoir quand le procès aura lieu; l'instruction n'est pas encore terminée, il reste encore des résultats d'analyses à obtenir et des expertises psychiatriques à mener. Une fois l'enquête close, c'est la Cour d'Assises de Saint-Omer qui sera en charge de fixer une date pour le procès. 


A lire aussi

Sur le même sujet

Lille : un capitaine de la gendarmerie accusé de harcèlement moral, de racisme et d'homophobie

Les + Lus