Pas-de-Calais : le Père Noël en cellule, la police joue la carte de l'humour pendant les fêtes

La police du Pas-de-Calais a profité des fêtes pour faire quelques blagues sur les réseaux sociaux. Partagés par plusieurs dizaines de milliers de personnes, ces posts montraient le Père Noël en cellule ou bien juché sur une moto d'intervention. 

Le jour de Noël, le canular de la police du Pas-de-Calais a cartonné sur Twitter
Le jour de Noël, le canular de la police du Pas-de-Calais a cartonné sur Twitter © Police Nationale 62

Pince-sans-rire. "Nous procédons actuellement à une vérification d'identité d'un individu nous ayant été signalé à de nombreuses reprises comme pénétrant subrepticement dans les habitations par les toits", a publié sur Twitter la police du Pas-de-Calais le 24 décembre. Le Père Noël en cellule, la plaisanterie a été likée (aimée) plus de 58000 fois.

L'atmosphère de ce Noël 2020 était pesante, les policiers ont donc dégainé leurs meilleures blagues pour égayer les foyers. 

"Tout était en règle !"

Après avoir laissé planer le doute sur une éventuelle libération du Père Noël, "les gardiens de la paix avant tout" ont rassuré l'audience quelques heures plus tard.

"Tout était en règle ! tweettaient-ils encore. Comme vous pouvez le constater ce matin aux pieds des sapins il a pu reprendre son activité nocturne. Nous lui avons prêté une moto pour rattraper le temps perdu. Joyeux Noël à tous et merci pour votre fidélité !" 

Juché sur son bolide, la vedette des fêtes de fin d'année a pu retourner à sa tâche : ravir les petits et les grands. 

Si elles avaient envie de rire le jour de Noël, les forces de l'ordre n'en oublient pas leur mission. Avec humour et toujours sur Twitter, les policiers ont sifflé la fin de la récréation et le retour du couvre-feu. 

 La tactique du gendarme 

Légère et adaptée aux réseaux sociaux, cette nouvelle forme de communication se développe dans les rangs des forces de l'ordre.

Le colonel Brice Mangou, commandant du groupement de gendarmerie des Vosges et pionnier du genre, résumait l'idée au journal Le Parisien. "J'ai voulu instaurer une proximité numérique avec un côté vivant. Si on propose des choses trop institutionnelles, on ne va pas au contact".

L'humour en ligne n'est ainsi pas tout à fait désintéressé puisqu'il permet de gagner des abonnés et donc de mieux relayer les messages à faire passer.

"Cette audience permet d'avoir des relais de masse lors d'appels à témoins. Sur le terrain, les retours sont positifs. Ce qu'on fait profite à l'ensemble de la gendarmerie pour montrer que nous sommes comme tout le monde", précisait le colonel Brice Mangou au Parisien. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité humour sorties et loisirs