Pas-de-Calais : renforcement de l'obligation du port du masque dans l'espace public

La préfecture du Pas-de-Calais vient d'annoncer le renforcement du port du masque obligatoire dans les zones les plus urbanisées du Pas-de-Calais. La carte des communes concernées est disponible.  

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP

La préfecture du Pas-de-Calais vient d'annoncer la renforcement de l'obligation du port du masque dans "les zones les plus urbanisées du Pas-de-Calais".

Cela concerne les communes de plus de 10 000 habitants et les "communes périphériques" et ce, à compter du 17 février et jusqu'au 8 mars pour toute personne âgée de 11 ans et plus.

Une circulation rapide du virus

Cette décision est le fruit d'un constat : le virus continue de circuler activement dans le département. La préfecture indique dans son communiqué que "le taux d'incidence est de 245 cas pour 100 000 cas", durant la période du 6 au 12 février. "Pour rappel, le seuil de vigilance maximale est de 250", rappelle-t-elle.

Le Pas-de-Calais est également le département où la circulation du virus est la plus rapide. Le variant anglais "se déporte dans toute la région des Hauts-de-France". La préfecture indique surveiller avec beaucoup d'attention "le Calaisis, territoire en proximité directe avec celui du dunkerquois (département du Nord), où le taux d'incidence a connu une augmentation exponentielle ces derniers jours (658)". 

Depuis le 8 février, le taux d'incidence du Pas-de-Calais est passé au-dessus de la moyenne nationale, ce qui n'était plus le cas depuis le 22 décembre :

Zones commerciales, écoles, marchés non couverts...

La préfecture rappelle aussi que l'obligation de port du masque comprend : 

Par ailleurs, les plages ne sont pas concernées par ces mesures. 

 

Le maire d'Hénin-Beaumont réagit

Dans un communiqué de presse, Steeve Briois (RN), le maire d'Hénin-Beaumont, s'attaque à cette décision qui, selon lui, "a été prise de façon lapidaire, voire impolie". Il dit ne pas être "dupe" de cette "opération de communication politique orchestrée par la préfecture". 

Pour le maire, le renforcement de l'obligation de port du masque dans les lieux publiques a pour but "de masquer le fiasco total et honteux de la vaccination des populations fragiles et âgées". 

Il dénonce la stratégie vaccinale qui "patine beaucoup lorsqu'elle n'est pas à l'arrêt" et le nombre "marginal" de personnes vaccinés, "alors que les délais d'attente s'allongent toujours plus chaque jour". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société