Pollution accidentelle et massive d'une rivière près de Boulogne, il faudra des années pour réparer

L’eau de la Liane subit une pollution massive suite au déversement accidentel le samedi 10 septembre d’une citerne à lisier d’un agriculteur à Bournonville, village du boulonnais situé près de Desvres.

La saison de pêche qui se termine ce week-end est marquée par un épisode de pollution dans la Liane, fleuve côtier de 38 kilomètres qui prend sa source à Quesques pour se jeter dans la Manche à Boulogne-sur-Mer.

Samedi, des pêcheurs donnent l’alerte : des carpes, des canards et des truites de mer ont été retrouvés morts.

Après investigation, il s’agit d’une pollution d’origine accidentelle. Une citerne à lisier d’un agriculteur a rompu, le lisier s’est répandu dans le ruisseau de Menneville avant de se déverser dans le cours d'eau.

Dans un communiqué, la préfecture du Pas-de-Calais indique que l’Office pour la biodiversité a initié une procédure pour recueillir les plaintes et les traiter. Les gendarmes se sont également rendus sur place. Par mesure de précaution, Véolia a fermé l’usine de captage de Carly qui prélève chaque année 1, 7 million de mètres cube dans la Liane pour la transformer en eau potable. Des recherches sont en cours, afin d’examiner la faisabilité de traiter les accumulations de pollution en amont du cours d’eau.

Sur sa page Facebook, la Fédération pour la pêche et la protection du milieu aquatique publie une alerte pollution et invite à envoyer des photos pour constituer un dossier juridique.

Des années pour revenir à la normale

Car les dégâts sur la biodiversité sont là : anguilles, petits et grands salmonidés, carpes sont morts massivement. Jean-Baptiste Morel, secrétaire adjoint de la Fédération craint que la pollution n’aille jusqu’à la mer.

Ce pêcheur installé dans le Calaisis se souvient d’un précédent épisode de pollution au lisier qui avait touché un affluent de la Hem, c’était il y a 4 ans. « Le lisier est le pire des désherbants, bien plus grave que le gasoil qui n’attaque que superficiellement

Et ce pêcheur de prédire qu’il faudra 5 à 15 ans pour que la vie subaquatique dans ce secteur revienne à la normale et que les herbiers reviennent.

L’AAPPMA (Association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique) de Samer parle sur sa page Facebook de désastre écologique et lance un appel à toutes les bonnes volontés pour collecter les poissons morts. Rendez-vous est donné le 15 septembre sur la place Questrecques à Samer avec gants, bottes, cuissardes et épuisette. Sentinelles des cours d’eau, les pêcheurs conseillent par mesure de précaution de ne plus pratiquer la pêche sur leurs parcours et conseillent aux riverains de ne pas utiliser l’eau de la Liane pour leurs animaux.