Réforme des retraites : deux députés LR des Hauts-de-France voteront les motions de censure, ils expliquent pourquoi

Deux motions de censure contre le gouvernement d'Elisabeth Borne seront mises au vote à l'Assemblée Nationale, cet après-midi, lundi 20 mars. Les décisions des Républicains sont particulièrement scrutées. Que comptent faire les députés LR des Hauts-de-France ?

"Si c'est notre seule manière de dire stop à cette réforme des retraites, j'irai au bout", a affirmé Maxime Minot, député Les Républicains de l'Oise, invité de Télématin ce lundi 20 mars.

"Mon seul maitre-mot, c'est la cohérence : si on vote la motion de censure du groupe LIOT, composée de députés de l'extrême gauche, je ne vois pas pourquoi je ne voterai pas celle de l'extrême droite qui est identique."

À quelques heures du vote, prévu ce lundi après-midi, les députés LR peinent encore à s'accorder.

Les LR en ordre dispersé

Pierre-Henri Dumont, député Les Républicains du Pas-de-Calais, a par exemple annoncé sur FranceInfo qu'il voterait uniquement la motion de censure transpartisane, portée par le groupe LIOT.

Le Rassemblement national et la NUPES ayant aussi indiqué qu'ils voteront pour cette dernière, tout repose désormais sur les voix des Républicains. Et l'enjeu est grand : si les motions ne sont pas votées, la réforme des retraites sera définitivement adoptée.

"Je ne réponds à aucune menace", a précisé l'élu, invité sur France 3 Hauts-de-France hier, dimanche 19 mars.

durée de la vidéo : 00h01mn17s
Pierre-Henri Dumont, député (LR) du Pas-de-Calais, s'est confié sur son intention de vote sur le plateau de Dimanche en Politique. ©FTV

"Si les dirigeants estiment que ceux qui auraient voté une motion de censure doivent démissionner, nous quitterons nos fonctions à la tête du parti", a affirmé celui qui est aussi secrétaire général adjoint des Républicains. "S'ils estiment que nous ne devons plus être membres du groupe les Républicains, nous ne serons plus membres."

Si cela déplaît aux membres de mon parti, à la direction, j'en assumerai les conséquences !

Pierre-Henri Dumont, député (LR) du Pas-de-Calais

Dimanche en Politique

Et après ?

"Quand une motion de censure échoue à une dizaine ou une quinzaine de voix, ça prouve qu'il y a un vrai malaise", se projette Pierre-Henri Dumont. Pour l'élu du Calaisis, il n'y a qu'une seule solution : "J'appelle le gouvernement à retirer son projet de loi pour réunir tous les partenaires sociaux dans une grande conférence sociale et retravailler un projet de réforme des retraites."

L'Assemblée nationale compte 577 sièges, quatre sont actuellement vacants. Pour passer, les motions de censure ont donc besoin d'au moins 287 voix.

D'après nos confrères de France Info, pour renverser le gouvernement, il faudrait qu'une trentaine de députés des Républicains votent en faveur. Réponse ce lundi après-midi.