• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Histoires 14-18 : Arras, ville martyre

© Médiathèque d'Arras
© Médiathèque d'Arras

Les fameuses places d'Arras : haut lieu du tourisme en Nord Pas-de-Calais, joyau d’architecture baroque classé au Patrimoine de l’Unesco. Mais ne vous y trompez pas, tout ceci est une reconstruction car tout fut détruit, rasé, anéanti dès les premiers mois de la Grande Guerre.

Par @f3nord

Nous sommes fin août 1914, il est 16h, quelques soldats allemands entrent dans Arras

ils seront suivis une semaine après d’un état-major et de 3000 hommes mais
ils ne vont pas rester…. Et c’est là tout le paradoxe : Arras n’a été occupée que quelques jours par l’ennemi mais elle va vivre toute la durée de la guerre sous un feu continu : la ville est située à moins de 10 kilomètres des coûteuses batailles de l’Artois. Rien de son immense patrimoine ne va y survivre.

En octobre 14, le beffroi et l’hôtel de ville, chefs d’œuvre du gothique flamboyant son détruits, suivis en 1915 de l’abbaye Saint Vaast et de la cathédrale eux aussi anéantis. Cette magnifique Grand Place et la Place des Héros à côté sont détruites à 80 %. Le centre historique est englouti. Perdu à jamais. Au même titre que Reims, Soissons et Verdun, la capitale de l’Artois devient "ville martyre de France".

La reconstruction à l’identique se poursuivra jusqu’en 1934.
Histoires 14-18 : Arras, ville martyre
Source archive : Médiathèque d'Arras - France 3 - F. Mabille



Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus