Pass sanitaire et port du masque : la Belgique renforce sa lutte contre l'épidémie de Covid-19 en forte hausse

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lucie Carbajal
Frontière belge
Frontière belge © Jean-Luc Flémal/BELPRESS/MAXPPP

Face à une recrudescence du nombre de cas de Covid-19, le comité de concertation belge a décidé de généraliser le Covid Safe Ticket (pass sanitaire) à tout le territoire et de rendre de nouveau obligatoire le port du masque dans les lieux publics intérieurs. Un exemple à suivre ?

Face à la hausse exponentielle de nouveaux cas, le comité de concertation belge, qui réunit les ministres fédéraux, régionaux et communautaires, instaure le retour du port du masque dans les lieux intérieurs accueillant du public ainsi que la généralisation du pass sanitaire belge (Covid Safe Ticket). Cette mesure sera valable dans tout le pays.

Des chiffres inquiétants 

Ces décisions ont été prises alors que la Belgique dénombre près de 6000 nouveaux cas par jour. En comparaison, la France enregistre 5000 contaminations quotidiennes mais sa population y est six fois plus nombreuse qu'en Belgique.

Ce qui inquiète particulièrement les autorités c'est l'augmentation de 76% du nombre de cas positifs en une semaine

Cela se traduit à l'hôpital avec 155 admissions enregistrées en un jour ce mardi 26 octobre, un nouveau pic qui n'avait pas été atteint depuis la mi-mai. 

Retour du masque et pass sanitaire obligatoire

Le Premier ministre belge Alexander De Croo annonce donc un raidissement des mesures de lutte contre le Covid-19.

Le port du masque sera exigé dans les magasins, établissements de soins, centres commerciaux... et dans les établissements destinés à des activités culturelles (théâtres, salles de concert, cinémas...). Idem pour les lieux de culte.

Le Covid Safe Ticket, pass sanitaire belge, devient lui aussi obligatoire dans tout le pays et au restaurant à partir du 1er novembre. Le masque ne sera pas obligatoire là où s'applique le pass (les cafés/restaurants, clubs de sport et boîtes de nuit).

Le Premier ministre a rappelé que 75 % des belges ont reçu leurs deux doses, ce qui permet d'éviter "une situation de catastrophe absolue" a-t-il ajouté.

Un exemple à suivre ?

En France, le port du masque n'est plus obligatoire dans les lieux soumis à la présentation du pass sanitaire depuis le 6 octobre. Les espaces de loisirs, services, les établissements de santé, les grands magasins ou encore les salons professionnels sont concernés.

Mais depuis quelques semaines, le taux d'incidence augmente dans certaines régions comme celle des Hauts-de-France. Dans le Nord et l'Oise, il dépasse même le seuil d'alerte établi à 50 pour 100 000 habitants.   

Pour le professeur Froguel, médecin et enseignant à l'université de Lille "les belges ont raison", dit-il, ''il était ridicule de ne plus rendre obligatoire le masque dans les cinémas en France par exemple, même soumis au pass sanitaire."

"Quand on va voir un film, on reste longtemps, on bouge pas, l'aération est nulle. Dans un cinéma vous êtes comme dans un avion, alors pourquoi peut-on retirer le masque au cinéma et pas dans l'avion Le masque est efficace contre le covid en intérieur, il faut continuer à le porter, même avec le pass sanitaire", rappelant que même vaccinée, une personne peut attraper et transmettre la maladie.

En France, face à la hausse du nombre de cas, la question du retour du masque se pose mais il concerne les établissements scolaires. Pour l'instant il reste obligatoire à partir du collège sauf en Lozère, où c'est le cas dès six ans. Le département a en effet basculé ses écoles au niveau 2 après avoir dépassé le seuil d'alerte pendant neuf jours. 

Il n’est pas encore question que les établissements scolaires du Nord et de l’Oise tout comme les accueils de loisirs ou les colonies de vacances, logés à la même enseigne, fassent cette bascule. Les deux départements ont pourtant dépassé le seuil d'alerte de 50 cas pour 100 000 habitants depuis ce lundi 25 octobre.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.