Pévèle : mobilisation contre l'installation de lignes à très haute tension

Cela fait quatre ans qu'ils luttent contre le projet . Pour les riverains du futur chantier de ligne à très haute tension entre Avelin et Gravelle, en métropole lilloise, c'est la mobilisation de la dernière chance. Les habitants sont inquiets pour l'environnement et la valeur de leur patrimoine.

Manifestation des habitants contre le projet THT, en mai 2014
Manifestation des habitants contre le projet THT, en mai 2014 © f3nord
durée de la vidéo: 02 min 02
Pévèle : mobilisation contre l'installation de lignes à très haute tension
" On a peur pour notre santé et celle de nos enfants !" disent-ils. Et pour montrer leur oppostion au projet d'une ligne aérienne à très haute tension, les habitants de la Pévèle ont rassemblé des centaines de doléances, résultat d'une enquête publique menée depuis près d'un mois. "Actuellement, on a des pylones de 40 mètres de hauteur pour 6 câbles et on va passer, si le projet se réalise, à des pylones de 70 mètres avec 20 câbles." expliquent-ils.

Pourquoi pas en souterrain ?

Le projet concerne le doublement de la puissance de la ligne actuelle située entre Avelin et Gavrelle, 30 km de très haute tension,(400 000 volts) que les habitants de la pévèle souhaiteraient souterraines plutôt qu'aériennes.  Une solution trop complexe répond RTE. Mais l'argument  est contesté par la majorité des élus du secteur. L'enfouissement des lignes selon des études récentes est tout  à fait possible et les besoins de la région en énergie ne justifient pas une telle puissance.

Pas d'interêt public selon les élus

Pour Alain Duchesne, maire (SE) de Tourmignies, "ce projet vise à sécuriser un tronçon pour pouvoir passer des contrats avec la  Belgique. L'idée est de vendre l'électricité à la Belgique. Ce projet n'est pas d'intérêt public, mais d'intérêt privé pour RTE"
Depuis près de 4 ans, la mobilisation des habitants des communes concernées n'a pas faibli. Ils en appellent à présent à l'intervention des services de l'état avant qu'il ne soit trop tard.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société