Cet article date de plus de 3 ans

Enquête sur les assistants parlementaires : Jérôme Lavrilleux parle de "dénonciation calomnieuse"

Visé par une enquête préliminaire ouverte fin mars et portant sur des emplois fictifs parmi des collaborateurs de députés européens, Jérôme Lavrilleux, ancien conseiller général de l'Aisne, parle de "dénonciation calomnieuse". 

© France 3 Picardie
Les député européen Jérôme Lavrilleux fait partie des parlementaires concernés par l'enquête sur les emplois fictifs d'attachés parlementaires basée sur des allégations de l'élue FN Sophie Montel. Il parle de "dénonciation calomnieuse auprès du procureur de Paris" qui ne "reposent absolument sur rien".

"J'ai un assistant parlementaire qui a un mandat de conseiller municipal qui n'est même pas dans ma circonscription : il ne peut pas y avoir de conflit d'intérêt. De plus, il n'est même pas rémunéré", se défend le député européen et ancien conseiller général de l'Aisne.

► Écoutez son interview en intégralité ici : 

durée de la vidéo: 03 min 38
Jérôme Lavrilleux sur l'enquête des emplois fictifs d'attachés parlementaires

18 autres eurodéputés français, de diverses familles politiques, sont visés par cette enquête préliminaire du Parquet de Paris pour "abus de confiance". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique