• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Clairoix (60): Conti, c'est pas fini

Une décision qui est porteuse d'espoir pour les ex-Conti: le tribunal administratif d'Amiens a annulé le licenciement de 22 salariés protégés (représentants syndicaux en majorité). Ils en contestaient le motif économique.

Par Jennifer Alberts

La décision porte sur des cas précis mais elle peut ouvrir une brèche pour les 680 autres ex-salariés de Continental Clairoix (60): le tribunal administratif d'Amiens a annulé l'autorisation donnée à Continental par l'Inspection du travail de licencier 22 représentants du personnel entre mars 2010 et février 2012.
Des licenciements qui étaient intervenus après la fermeture du site en 2009.

Parmi ces licenciements annulés, celui de Xavier Mathieu, représentant charismatique de la CGT à Clairoix.

Ces 22 salariés protégés contestaient devant le Tribunal administratif d'Amiens le motif économique de leur licenciement.

Dans un communiqué, la direction de Continental reconnaît que "le Tribunal a invalidé les décisions de l’Administration du travail qui avait reconnu la validité du motif économique de fermeture du site de Clairoix".

Pour le moment, les juges ne précisent pas les motivations de leur décision.
Mais il s'agit là d'un espoir de taille pour les autres ex-Conti: 680 d'entre eux contestent également le motif économique de leur licenciement devant les prud'hommes de Compiègne.

L'audience doit avoir lieu les 26,27 et 28 février prochains à Margny-lès-Compiègne.
 
Joint par téléphone, l'un des représentants syndicaux concernés précise que Continental est tenue par le tribunal de réintégrer ces 22 salariés dans l'entreprise.
Toujours de source syndicale, le remboursement des indemnités chômage versées aux 22 par Pôle Emploi depuis leur licenciement lui aurait été réclamé.
Enfin, Continental se serait vue signifier dès aujourd'hui l'obligation de leur verser un salaire tenant compte des augmentations dont ils auraient pu bénéficier.

Une Assemblée Générale est prévue ce jour à l'usine à 18h.

La direction du groupe se réserve le droit de faire appel "dans les prochains jours, une fois qu’elle disposera du contenu complet des décisions rendues par le Tribunal."








Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus