Cet article date de plus de 8 ans

Compiègne: un centre de recherche de 150 chercheurs d'ici 2014

Le groupe industriel français Bostik, spécialisé dans les adhésifs et les mastics hautes performances, va installer en 2014 à Compiègne un pôle de recherche et développement employant jusqu'à 150 chercheurs.

Déjà une usine dans l'Oise

Bostik, groupe américain à l'origine, est devenu français en 1990 après son rachat par Total dont il est désormais une filiale.
Il a déjà un centre de recherche à Milwaukee, aux Etats-Unis, et à Shanghai, en Chine. Il est présent en France avec six usines dont deux abritent également de la recherche. 
C'est le cas de celle de Ribécourt-Dreslincourt dans l'Oise. Le département n'est pas complètement inconnu pour le groupe qui a choisi d'investir 10 millions d'euros sur le parc d'activité du Bois de Plaisance, non loin de son usine de Ribécourt. 


Profiter du Pôle Chimie verte

Investir dans l'Oise n'est pas non plus une première. Pour Bostik: en 2011, il avait injecté 8 millions d'euros à Ribécourt pour mettre en place un nouvel atelier de production d'adhésifs polyester.
Si Bostik souhaite à terme orienter ses recherches vers des substituts du pétrole qui entre actuellement dans la fabrication de nombreux de ses produits, des substituts notamment végétaux, le chimiste pourra profiter de l'important potentiel de recherche du secteur... L'Ecole supérieure de chimie organique et minérale, le projet Pivert, institut d'excellence dans la chimie végétale sans oublier l'IAR, le pôle de compétitivité industrie et agro-ressources autrement appelé "pôle de chimie verte" et l'IUT de Compiègne...Tout cela constitue un environnement favorable tant du point-de-vue humain, que logistique ou même financier (notamment sur les plans de formation des futurs salariés) à Bostik.


Une bonne nouvelle pour Compiègne

Quant au Compiègnois, il n'est pas novice en matière d'implantation de centres de recherche et développement : Inergy, Novance et Clariant notamment y sont déjà bien installés.

Le début des travaux est prévu pour le premier semestre. Le site de production de Ribécourt est maintenu tandis que le service de Recherche et développement sera déménagé dans les nouveaux locaux.

Un chiffre d'affaires de 1,5 milliards

En France, Bostik réalise un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros et emploie près de 900 personnes.
A l'international; le groupe américain enregistre un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros et emploie plus de 4500 personnes, réparties dans une quarantaine de pays, notamment en Chine, où le groupe vient de créer un troisième site de production, et au Brésil. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie emploi