Goodyear: les détails du projet de Scop de la CGT

Par Jennifer Alberts

Nous savions que la CGT devait présenter son projet de SCOP aux salariés de Goodyear Amiens à la Maison de la Culture de la Ville. Nous avions même été autorisés à entrer dans la salle pour faire quelques images des presque 300 salariés venus écouter Mickaël Wamen et Fiodor Rilov, l'avocat de la CGT de l'usine picarde. L'idée de la Scop vient d'ailleurs de lui, l'avocat emblématique des ex-Flodor, des ex-Samsonite, des ex-Delsey, de l'ex-CGT Whirpool et des ex-Abelia Décors...entre autres...

Mais rien de plus...Au bout de quelques minutes, tous les journalistes présents, régionaux comme nationaux venus en nombre pour l'occasion, ont été priés de sortir...C'est que vous comprenez, "les informations d'aujourd'hui sont confidentielles"...Confidentielles au point de demander à l'assistance de ne pas parler de tout ça à la presse, une fois la réunion terminée...

Aucun commentaire, donc...Un régime auquel n'ont pas dérogé le délégué syndical CGT et Me Rilov....

Le contenu du projet, L'Usine Nouvelle, s'en fait pourtant l'écho.

Et les détails de ce projet de Scop, les voici: 
*Aucune participation financière ne serait demandée aux salariés;

*La Scop concentrerait sa production sur les pneus agraires;

*L'activité tourisme serait maintenue sur le site amiénois mais pendant pendant 24 mois seulement. Au-delà de ce délai, l'activité tourisme serait progressivement arrêtée et un plan de départs volontaires "sans aucun départ contraint", selon Me Rilov serait mis en place. Sans plus de précision sur le nombre.

C'est pourtant à la volonté de la direction de Goodyear d'arrêter la fabrication des pneus tourisme que la CGT d'Amiens Nord s'est opposée entre 2008 et 2012. Et c'est également un plan de départs volontaires assorti de mesures financières allant de 100.000 à 200.000 euros que la CGT d'Amiens Nord avait refusé de signer en août dernier lorsque la direction voulait céder le tourisme à Titan qui "refusait de s’engager sur cinq ans".


Mais pour que ce projet voit le jour, reste à la direction de Goodyear de céder à la Scop la licence de sa marque et surtout son listing de clients. La CGT voudrait racheter le tout pour 1 euro symbolique "comme c'était prévu avec Titan, avait déclaré Mickaël Wamen lors de la journée de mobilisation du 26 février. "La direction était prête à nous vendre pour rien aux Américains, pourquoi elle ne le ferait pas pour une Scop?"

Mais la Scop n'est finalement que la dernière solution au maintien des emplois sur le site d'Amiens Nord. La CGT ne désespère pas de trouver un repreneur spécialiste du pneu agricole. Et c'est peut-être en indien que l'avenir de Goodyear Amiens Nord pourrait s'écrire, aurait confié Mickaël Wamen à nos confrères.

Contactés par téléphone ce lundi après-midi, ni Mickaël Wamen ni Me Rilov n'étaient joignables.

Pour aller plus loin, à lire également la Saga Goodyear d'Amiens Nord.

Sur le même sujet

Les + Lus