• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Pourquoi la filière bière connaît-elle un boom depuis 5 ans ?

La filière brassicole connaît un boom / © DR
La filière brassicole connaît un boom / © DR

Le nombre de brasseurs artisanaux a été multiplié par 5 en dix ans partout en France. Le choix de bières offert aux consommateurs est désormais pléthorique. Le point sur une activité qui connaît une expansion revigorante. 

Par Stéphane Mazzorato

Au début du XXe siècle, il y avait plus de 2 800 brasseurs en France, puis la profession, concurrencée par les grands groupes internationaux, s'est quasi éteinte au début des années 1980.

Depuis le début des années 2000, nous assistons à un véritable boom du secteur, qui va s'accélérant. Aujourd'hui, le pays compte 1 100 brasseurs, dont la moitié n'existait pas il y a 5 ans. Le nombre d'artisans brasseurs a été multiplié par plus de cinq en dix ans

La production de bière artisanale, fabriquée par des petits producteurs, avec moins de 20 000 hectolitres annuels, est en pleine expansion et progresse de 6 % par an depuis 2014, alors que le marché de la bière industrielle stagne. Les bières de dégustation haut de gamme, les bières spécialisées et aromatisées, connaissent un vrai boom. Elles représentent plus des 2/3 des volumes du circuit.

Alors, d'où vient cet engouement des Français pour la bière ? Est-ce que l'on assiste à une "bulle" de la filière brassicole ?

On a eu une lassitude des Français d'une bière dite classique, qu'on peut résumer à la bière blonde, à 5 % avec des tonalités amères. En parallèle, on a vu de nombreuses créations de nouveaux types de bières, de nouveaux styles, ou de relance de styles anciens...


Maxime Costilhes est Délégué général de l'association des Brasseurs de France depuis septembre 2017. Cet auvergnat de 33 ans s'est pris de passion pour la bière en 2004, initié par des camarades étudiants venus... du Nord.

Interview : Pourquoi la filière brassicole connaît un boom depuis 5 ans ?
Maxime Costilhes, Délégué général de l'association des Brasseurs de France


Il est au Salon de l'agriculture pour accompagner les 25 brasseurs présents, venant de toutes les régions. Mais également pour soutenir "Profession brasseur", une marque collective qui se veut l'équivalent d'un label pour les bières de France. L'ambition est de soutenir un marché de 4 000 marques, en pleine ébullition avec 150 nouvelles créations d'entreprises cette année (contre 5 il y a 10 ans).

50 brasseurs sont déjà candidats pour s'engager à respecter un cahier des charges strict sur l'origine, la qualité des matières premières et le savoir-faire local. Entre autres, traçabilité, respect des processus de fabrication, gestion écologique des déchets,... sont des ambitions fortes pour la marque.


Sur le stand des Brasseurs de France, au Salon de l'agriculture / © France 3
Sur le stand des Brasseurs de France, au Salon de l'agriculture / © France 3

Une nouvelle brasserie se crée tous les 3 jours


La France est désormais le troisième pays européen en nombre de brasseries, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni. Qui sont ces nouveaux brasseurs, d'où viennent-ils ?

"Il y a des agriculteurs qui essaient de diversifier leur production... Il y a aussi des reconversion de jeunes qui ont travaillé 4 à 5 ans en entreprise et qui sont passionnés par la bière", précise Maxime Costilhes.


Qu'est-ce qui fait une bière réussie ? 

Vincent Bogaert, directeur de la brasserie Saint Germain, à Aix Noulette dans le Nord-Pas de Calais, évoque sa passion pour la bière. 

Cet amateur de bière, collectionneur de sous-bocks, était charcutier de métier. Pour des raisons de santé, il a du changer d'activité après avoir travaillé comme serveur dans la restauration, à Lille. Il a créé sa brasserie avec son frère et un ami en 2003, entre Arras et Béthune. Il sont aujourd'hui 11 dans l'entreprise et produisent 10 500 hectolitres par an de 14 bières différentes.
 
Interview : Qu'est-ce qui fait une bonne bière ?
Vincent Bogaert, Directeur de la brasserie Saint Germain, à Aix Noulette dans le Nord-Pas de Calais


Et côté consommateur ?

La France, avec une consommation moyenne de bière de 30 litres par an et par habitant, est le 26e pays consommateur de l’Europe des 28. Bien loin derrière la République Tchèque (143 litres par an et par habitant) et l'Allemagne (106 litres par an et par habitant).

Mais la consommation de bière augmente de 3% par an depuis 2014 dans le pays, alors qu'elle passait de 1% chaque année depuis 30 ans. Les consommateurs sont de plus en plus amateurs et experts.

Ce succès de la bière aujourd'hui est porté à la fois par une multiplication de l'offre, avec la création massive de brasseries, un développement fort des bières artisanales et régionales, et un renouveau des consommateurs, notamment chez les femmes.

Autre signe fort de l'évolution de la consommation de la bière : une croissance de 30 % du marché des bières sans alcool en 2016 (elle était de 40 % en 2015).



La France, 3e pays européen en nombre de brasseries

L'évolution du nombre de brasseurs :
246 brasseurs en 2006, 
580 brasseurs en 2013, 
1100 brasseurs en 2018

Le marché de la bière en France :
20,7 millions d'hectolitres produits / an
21 millions d'hectolitres consommés / an

70 % des bières consommés sont brassées en France
30 % des bières françaises sont exportées (6,9 % millions d'hectolitres / an)

A lire aussi

Sur le même sujet

La Séquence du filmeur

Les + Lus