Pourquoi les habitants des Hauts-de-France n'ont toujours pas de nom ?

Après la fusion des régions en 2015, Picards et habitants du Nord-Pas-de-Calais ont perdu leur gentilé régional. Mais plus de 4 ans après, les habitants des Hauts-de-France n'ont toujours pas de nom.  

Si la région Hauts-de-France, issue de la fusion de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, a bien un nom, ses habitants n'en ont pour le moment pas.
Si la région Hauts-de-France, issue de la fusion de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, a bien un nom, ses habitants n'en ont pour le moment pas. © FTV
La région des Hauts-de-France est née il y a maintenant quatre ans. Un ensemble de 6,1 millions d’habitants. Si cette nouvelle région a trouvé un nom, ceux qui la composent n'ont pas de dénomination. C'est d'ailleurs souvent la première question que les nouveaux arrivants dans une région se posent : comment nous désigne-t-on collectivement ? Et la réponse n'est pas toujours aisée car le gentilé ne se déduit pas forcément du nom de la région. Si le nom d'un département, d'une commune ou d'une région est officiel, le gentilé qui en découle ne l'est pas.

La foire aux noms  

Le choix d'un gentilé se fait en toute liberté. "Ce fut le cas pour le gentilé des habitants de la Somme", explique le professeur Olivier Lazzarotti, géographe à l'Univesité Picardie Jules Verne. Le choix du nom est avant tout politique, il y a eu à l'époque toute une discussion autour du nom des habitants de la Somme, au cours de laquelle le gentilé Samarien est sorti vainqueur". Plus de 23 000 personnes avaient pris part à un vote sur internet organisé par Le Courrier Picard et le conseil général. Le gentilé Samariens (de Samara, nom latin de la Somme) est arrivé largement en tête avec 46% des suffrages, devant Sommois (27 %), Samarois (19 %) et Sommiens (8 %).

Les Hauts-de-France ne sont pas une exception

Mais donner un nom officiel à des habitants n'est pas obligatoire. Rien, aucune loi, n'oblige une collectivité locale à trouver un gentilé à ses administrés.

Et les Hauts-de-France ne font pas exception. D'autres régions se trouvent confrontées à au même problème comme le Grand-Est ou la région Auvergne-Rhône-Alpes. Et pourtant le gentilé est un élément constitutif de l'identité locale qui fédère une population autour d'une dénomination.

En décembre 2016, nous avions lancé un sondage auprès de nos internautes pour savoir comment ils voudraient être appelés. Sur 2696 votants, 31% avaient choisi les Ch'tis. Arrivaient ensuite ex aequo avec 15% des votes les Hauts Français et les Hautois.
  Une question que nous avions à nouveau posée un an plus tard aux seuls Picards cette fois-ci. Parmi les propositions, le nom Hauts-de-Français était largement plebiscité. Nous avions eu droit à Hauts-Français du Haut, Hauts-Francescains et même les P'tits Biloutes !

Une interrogation dont ne s'est pas encore emparé le conseil régional des Hauts-de-France. Si les habitants des Hauts-de-France avaient été consultés en 2016 pour choisir le nom de leur nouvelle région, rien n'est prévu côté gentilé. Et pour l'instant, nous restons simplement les habitants des Hauts-de-France.   
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région hauts-de-france politique fusion des régions réforme territoriale