PV, vaccins, cigarettes : découvrez ce qui change en 2018

Amendes de stationnement, vaccins, prime à l'achat d'auto neuve, hausse du gaz : de nombreux changements interviennent au 1er janvier 2018 dans le quotidien des Français.

© AFP

L'année 2018 est là. Et avec elle, beaucoup de changements. De nombreuses mesures votées cette année entrent en vigueur dès demain, lundi 1er janvier.
 

La mesure a fait polémique, mais elle entre bien en vigueur dès le 1er janvier. Onze vaccins, contre trois, deviennent obligatoires pour les enfants nés à partir du 1er janvier. S'ajoutent coqueluche, rougeole-oreillons-rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque et méningocoque C. Ils seront indispensables en collectivité (dans les crèches et les écoles par exemple).

Adieu les pubs pendant les dessins animés. Elle deviennent interdites avant, pendant et après les émissions destinées aux enfants de moins de douze ans sur les chaînes du service public. Une mesure votée au nom de la lutte contre l'obésité infantile.

Le forfait hospitalier augmente de deux euros pour passer à 20 euros par jour, une dépense prise en charge par les complémentaires santé pour ceux qui en disposent. Dans le cas des services psychiatriques, le forfait passe de 13,50 à 15 euros. 

Les plafonds de ressources utilisés pour calculer le montant des allocations familiales et d'autres prestations (complément familial, prestation d'accueil du jeune enfant, allocation de rentrée scolaire) sont revalorisés de 0,2%.

Les villes fixent elles-mêmes le tarif du stationnement ainsi que le montant du "forfait post-stationnement" remplaçant l'amende, les infractions étant désormais dépénalisées. Dans la région, c'est Wimereux qui décroche la palme de l'amende la plus élevée : 40 euros soit 23 euros d'augmentation. À l'inverse, Calais est la ville où l'amende est désormais la plus basse, les PV y coûteront bientôt 11 euros au lieu de 17. En France, c'est à Castres qu'ils sont les moins chers : dès lundi, ils s'éléveront à 10 euros.
PV Nord

Les tarifs réglementés du gaz naturel, appliqués par Engie, augmentent en moyenne de 6,9 % en janvier, du fait notamment de la hausse d'une taxe qui n'épargnera pas les autres contrats.

Les tarifs sociaux de l'électricité et du gaz sont remplacés par le chèque énergie. Il doit aider 4 millions de ménages en situation de précarité à payer leurs factures. D'un montant moyen de 150 euros en moyenne en 2018, il sera versé au printemps.

Les prix à la pompe augmentent de 7,6 centimes par litre pour le gazole et 3,84 centimes pour l'essence. Le gouvernement entend aligner la fiscalité du gazole sur celle de l'essence d'ici 2021.

Plusieurs mesures prises par le gouvernement visent à favoriser l'achat de véhicules électriques
Plusieurs mesures prises par le gouvernement visent à favoriser l'achat de véhicules électriques © AFP

Le gouvernement offre 1 000 à 2 000 euros aux automobilistes vendant leur vieille voiture (avant 1997 pour les modèles essence, 2001 ou 2006 pour les Diesel) pour en acheter une récente. Cette "prime à la conversion" montera à 2 500 euros pour l'achat d'un modèle électrique. Objectif: sortir 100 000 véhicules polluants du parc en 2018.

Les entreprises de plus de 100 personnes auront à présenter un "plan de mobilité" concernant leurs salariés. Objectif : favoriser les modes de déplacement doux, comme le vélo. Ce défi, la Métropole européenne de Lille a déjà essayé de le relever en 2017 en mettant en place une prime à l'achat de vélo. En six mois, 10 000 Nordistes ont bénéficié de cette aide.

Pour une fois, le prix du paquet de cigarette est en baisse, mais seulement certaines marques comme Camel et Winston. Environ 20 centimes seront retirés au prix total, le 2 janvier à la suite d'ajustements des fabricants, en attendant la hausse de 1,10 euro prévue en mars par le gouvernement. Le prix du paquet de cigarette avait déjà augmenté en octobre 2017, malgré les protestations de buralistes. L'objectif annoncé par le gouvernement est un paquet à 10 euros à l'horizon 2020.

Paquet cigarette

Un salarié au Smic touchera 20 euros de plus en janvier, puis 15 euros supplémentaires à partir d'octobre grâce à la revalorisation mécanique du salaire minimum et à l'exonération des cotisations chômage et maladie. Tous les salariés profiteront de cette suppression de cotisations (-3,15%). En revanche, la CSG augmentera de 1,7 point pour l'ensemble des Français.
 

Un prélèvement forfaitaire unique de 30% est mis en place sur les revenus mobiliers, à l'exception du Livret A, du PEA (épargne en actions), des contrats d'assurance-vie de moins de 150 000 euros et gardés plus de huit ans. Les plans épargne-logement (PEL) ouverts à partir de janvier y seront donc soumis.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie santé société