Suspicion de féminicide près d'Abbeville : le conjoint de la victime mis en examen et placé en détention provisoire

La procureure de la République d'Amiens a annoncé la mise en examen du conjoint de la femme retrouvée morte dans son lit à Longpré-les-Corps-Saints. Il a été placé en détention provisoire.

Une femme de 33 ans a été retrouvée morte à son domicile à Longpré-les-Corps-Saints, près d'Abbeville dans la Somme, dimanche 8 août à 19h35. Son conjoint a été mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire indique le parquet d’Amiens. 

En garde à vue, l'homme a reconnu lui avoir porté des coups au cours de la nuit du samedi au dimanche. Après s'être recouché, ce n'est que le lendemain que son conjoint aurait constaté sa mort. Le mobile invoqué par l'homme de 44 ans pour la dispute serait l'infidélité de la victime.

"L'autopsie de la victime, âgée de 33 ans a révélé de multiples traces de coups portés au visage et à l'abdomen", explique la procureure de la République d'Amiens. Des examens complémentaires sont en cours.

Un climat de violence intrafamiliales et de d'alcoolisation

L'enquête pour "homicide volontaire" a été confiée à la brigade de recherche d'Abbeville avec la section de recherche d'Amiens. Une deuxième personne a également été entendue mais sa garde à vue a été levée. 

Le couple vivait avec cinq enfants nés de précédentes unions, âgés de 3 à 18 ans. L'entourage du couple interrogé par les enquêteurs décrit un climat de violences intrafamiliales récurrentes et d'alcoolisation. Selon le parquet, l'homme avait déjà fait l'objet d'une condamnation pour des violences conjugales sur la même victime en avril 2021. 

Le voisinage affirme qu'il y avait souvent des cris provenants de cette maison. Une voisine affirme même que la victime était plusieurs fois venue frapper à sa porte pour appeler au secours. 

Le maire affirme de son côté n'avoir reçu aucune plainte pour des violences. Il a cependant reçu plusieurs plaintes du voisinage pour tapage nocturne. Des soirées étaient organisées régulièrement, parfois jusqu'à 4h du matin, selon le maire. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
abbeville nature baie de somme parcs et régions naturelles faits divers féminicide société femmes